Economie

Le secteur des cuisinistes ne connaît pas la crise

18 nov. 2021 à 07:58Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot sur base du marché matinal de Michel Gassée

Il y a un secteur qui résiste très bien à la crise sanitaire, ce sont les vendeurs de cuisines équipées. Les cuisinistes ont fait de bonnes affaires en 2020 et le soufflé n’est pas retombé en 2021.

Pas de voyages, pas de restaurant, pas de sorties culturelles, les confinements ont permis à pas mal de familles d’accumuler des économies. Elles les ont investies notamment dans une nouvelle cuisine. C’est le constat de Michaël Roisin responsable du développement de Vanden Borre Kitchen.

"Le budget voyage n’a pas pu être dépensé et dans le même temps, les gens se sont retrouvés à la maison. C’est aussi l’occasion de réfléchir à un projet. Ils se sont peut-être rendu compte que leur cuisine était mal conçue. Ça ne concerna pas que le marché de la cuisine. Ça concerne le marché de l’emménagement en général."

Un constat qui peut paraître étonnant puisque les cuisinistes, comme tout le secteur du commerce, ont dû fermer boutique pendant des mois en 2020 pour ensuite répondre à une demande très dynamique de la clientèle.

"En 2020, nous avons été fermés 20% de l’année, explique Frédéric Taminaux, administrateur délégué d’Eggo. À chaque réouverture, on voyait que la demande était là, que les clients avaient passé beaucoup de temps dans leur maison, leur appartement et avaient envie d’apporter quelque chose de nouveau. Et donc, on a eu des réouvertures très positives qui nous ont fait récupérer les 20% de temps perdus."

Cette année a encore été meilleure chez Eggo. "En 2021, on a encore vu une accélération du phénomène.", ajoute-t-il. Eggo compte livrer environ 18.000 cuisines équipées cette année plus 5000 projets de placards et dressing.

Prudence pour l’avenir

Une accélération des ventes de cuisines équipées, très bien, mais qui pourrait ralentir avec la réouverture de l’économie, les voyages, les restaurants etc., il se pourrait effectivement que le rythme ralentisse. D’où une certaine prudence de Frédéric Taminaux.

"Mon sentiment, c’est qu’on a équipé un peu plus rapidement que d’habitude le portefeuille des maisons et appartements disponibles en Belgique. Et donc, à un moment, il y aura un léger ralentissement dans les années à venir. Mais à quel rythme ? Aucune idée."

Dans tous les cas, le secteur suscite de nouvelles vocations, comme celle de Christophe Courmont, il vient d’ouvrir un magasin en franchise Vanden Borre Kitchen. Malgré le stress des premières semaines, il est satisfait et optimiste.

"On a ouvert le 17 juin. Les premières ventes ont eu lieu aux alentours de mi-juillet. Donc il a fallu un petit mois avant d’avoir les premières concrétisations. C’est vrai que cette partie-là est un peu stressante mais en dehors de ça, ici, sur Wavre, on est extrêmement bien positionné. Commercialement parlant, ça sera probablement une belle réussite."

Et puis, si vous voulez savoir le budget moyen que cuisines équipées commandées dans son magasin, "depuis l’ouverture, le panier moyen est de 13.000 euros, ce qui est déjà très bien. C’est propre à chaque région. Dans le Brabant wallon, le pouvoir d’achat est plus élevé qu’ailleurs."

C’est une moyenne car pour certains ce sera une cuisine équipée à 30.000 euros, d’autre plutôt 5000 euros. Sans compter que pour certains, c’est zéro euros. Tous les ménages n’ont en effet pas pu mettre de côté pendant la crise.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous