RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Le service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre bientôt confié au privé, les travailleurs partent en grève

Une petite trentaine de personnes se sont rassemblées devant l’hôtel de Ville de Bruxelles ce lundi

Le service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre est en grève pour deux jours. A partir de ce mardi matin, des agents se croisent donc les bras. L’action ne devrait pas affecter le fonctionnement de l’hôpital, nous explique la direction.

La trentaine de membres du service dénonce en fait le projet d’externaliser le gardiennage et de le confier à une société privée d’ici la fin de l’année. Des discussions et des négociations sont en cours avec les syndicats qui ont décidé de mettre la pression sur les élus dès ce lundi. Ils ont organisé une action sous les fenêtres de l’hôtel de Ville de la Grand Place vers 15h30, juste avant le début du conseil communal, prévu à 16 heures.

Puisqu’il est interdit de manifester sur la Grand-Place de Bruxelles, c’est un simple rassemblement qui a eu lieu sur place.

Parmi les protestataires se trouvait Selim, qui est gardien à Saint-Pierre depuis douze ans. "On n’est pas content de cette décision. Si on est venu dans le public, c’est pour certaines raisons. Si on voulait travailler dans le privé, on serait allé postuler nous-mêmes directement dans une firme privée. Ici, on a l’impression de se faire envoyer de la poudre aux yeux, que le fait de passer au privé, c’est pour pouvoir plus facilement licencier le personnel".

Julien Versteegh, du syndicat CGSP, rajoute que "l’hôpital Saint-Pierre est très spécifique en matière de sécurité parce qu’il se trouve en plein centre-ville. Il a donc besoin d’un service sécurité particulier, directement organisé par l’hôpital et pas par le privé. Il y a en moyenne 35 interventions de sécurité par jour là-bas. Si cela passe au privé, il faudra faire beaucoup plus appel à la police pour intervenir, alors que la police est déjà en sous-effectif".

Julien Versteegh, du syndicat CGSP
Julien Versteegh, du syndicat CGSP B. Schmitz – RTBF

Le dernier gardiennage non-privé des hôpitaux publics bruxellois

Mais selon le directeur de l’hôpital Saint-Pierre, Philippe Leroy, l’externalisation du gardiennage est la dernière solution pour reprendre en main un service qui a connu trop de problèmes ces dernières années. "Nous avons connu pas mal de soucis sur le plan disciplinaire, sur lesquelles je ne souhaite pas m’étendre davantage. Ces dernières années, nous avons dû procéder à des licenciements, y compris des licenciements à la suite de faits graves". En tout, on en dénombre une dizaine au cours de la dernière décennie.

Mais cette fois, pas question de virer du personnel, selon le directeur. L’hôpital va exiger que la firme extérieure qui reprendra le gardiennage réengage aussi tous les travailleurs actuels qui le souhaiteraient. "Cela nous permet de donner une garantie absolue de continuité d’emploi pour tous nos agents. Et puis, à côté de cela, nous discutons avec les syndicats d’autres conditions encore".

Par exemple, maintenir la gratuité des transports en commun qui existe actuellement en tant qu’agent du public, mais ne serait plus garantie dans le privé.

Saint-Pierre précise également qu’il est le dernier hôpital public de Bruxelles à ne pas avoir confié son gardiennage à une firme extérieure. Et que cela ne changera rien, ni pour les patients, ni pour les visiteurs.

Le passage vers le privé est prévu d’ici la fin de l’année, en décembre ou janvier.

Sur le même sujet

Bruxelles-Ville : le référendum au CHU St-Pierre s’oppose avec une large majorité à la privatisation du gardiennage

Regions

Articles recommandés pour vous