Sportives

"Le sport féminin est l'un des nouveaux piliers de la RTBF"

Les Belgian Cats sont en bonne voie pour participer à l'Euro cet été.

© BELGA PHOTO - JOHN THYS

24 janv. 2023 à 10:37Temps de lecture2 min
Par François Collin

C'est la journée internationale du sport féminin ce mardi 24 janvier ! Destinée à offrir plus de visibilité aux sportives, sous médiatisées par rapport à leurs homologues masculins, cette journée est l'occasion de faire le point sur les progrès de la RTBF en la matière.

Les derniers chiffres complets disponibles, portant sur 2021, indiquent une forte progression de la place du sport féminin à la RTBF, avec près de 500 heures de live et de retransmission qui y sont consacrés, soit 25% des compétitions sportives diffusées. Un véritable bond puisque le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel relevait que seulement 14,3% des retransmissions sportives diffusées en linéaire par la RTBF étaient consacrées au sport féminin en 2019. 

"La moyenne mondiale de diffusion de sport féminin à la télévision est de 4%, ça montre qu'on a vraiment avancé là-dessus. Le but est de continuer dans cette voie car le sport féminin est un de nos nouveaux piliers, assure Benoit Delhauteur, le responsable des sports à la RTBF. Outre le pourcentage, nous devons continuer à progresser en matière de volume les années sans Jeux Olympiques. Le nouveau contrat de gestion de l'entreprise publique prévoit au moins 250 heures de diffusion de compétitions féminines sur l'année, et ce sera le cas en 2023. Notamment avec la Coupe du monde féminine de football mais pas seulement, on essaye de présenter un éventail assez large de discipline. Nous ne considérons pas ces impératifs comme des obligations mais bien comme des opportunités, nous avons la volonté de mettre en avant ces athlètes."

"S'inscrire dans une spirale positive"

Cette plus forte médiatisation doit participer, par ruissellement, à la réduction des inégalités dans le milieu du sport. Benoit Delhauteur cite d'abord un exemple concret : "Quand on a acheté les droits pour la diffusion des matchs amicaux et de qualification des Red Flames, on savait que l'Union belge allait allouer l'intégralité de ce que nous avons payé au développement du football féminin. Nous jouons donc à la fois notre rôle de diffuseur public en exposant le foot féminin et, en parallèle, on investit pour faire grandir la discipline. Les prix des droits pour les compétitions sportives augmentent et les compétitions féminines n'y échappent pas, mêmes si elles sont globalement encore moins chères que les masculines. La tendance est fortement en hausse pour le sport féminin et, quelque part, tant mieux ! Même si nous payons plus cher, cela fait plus d'argent pour les organisateurs et, au final, pour les sportives. On veut continuer à s'inscrire dans cette spirale positive dans les années qui viennent."

La RTBF veut également féminiser davantage ses rédactions sportives, ses antennes et ses différentes plateformes : "C'est de cette manière que nous arriverons à susciter des vocations et à faire changer les mentalités. Attention aussi à ne pas tomber dans le piège de faire commenter les compétitions masculines par des hommes et les compétitions féminines par des femmes, il faut qu'une rédaction, dans son ensemble et dans sa diversité, traite une diversité de compétitions."

L'année 2023 sera riche en sport féminin, à suivre sur tous les canaux de la RTBF.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous