Régions Brabant wallon

Le styliste wavrien Bernard Depoorter récupère un vrai trésor d’outils d’artisanat d’art

Le styliste voudrait faire classer ce patrimoine unique en son genre

© S. Vandreck

Avec les brodeurs, les passementiers, les plumassiers… les paruriers floraux font partie de ces métiers d’arts qui donnent aux créations de haute couture leur caractère exclusif et inimitable. Ils fabriquent plus précisément des fleurs en tissu plus vraies que nature et ne sont plus que quelques-uns à perpétuer ce savoir-faire. Chanel a racheté les dernières maisons pour les sauver. Sauf celle que convoitait le styliste wavrien Bernard Depoorter, cachée dans un petit village du fin fond de la Charente-Maritime. Un patrimoine unique en son genre. "C’est un coup du destin, commente-t-il. J’ai pu rencontrer ces personnes il y a dix ans. C’était un rêve de pouvoir un jour racheter cet atelier. Ce rêve se réalise et il va me permettre de réaliser des choses exceptionnelles".

Les moules reproduisent les végétaux avec une grande finesse
Les moules reproduisent les végétaux avec une grande finesse S. Vandreck

Roses, lilas, pois de senteur…

Au milieu des caisses tout récemment rapatriées de France, le créateur est comme un enfant un matin de Noël. Elles contiennent près de 8000 outils en métal, directement moulés sur de vraies feuilles et de vraies fleurs à l’aide de la technique de la cire perdue. Le détail des nervures est impressionnant, tout comme la variété. "Rien que pour les roses, il y a des centaines de moules de feuilles et de pétales", précise-t-il. Ces outils permettent de fabriquer des roses, mais aussi des violettes, du lilas, des pois de senteur, des hortensias, des pavots… La palette est illimitée. Bernard Depoorter a aussi fait revenir dans son atelier de Wavre les étuves destinées à la teinture et les presses qui servaient à découper et gaufrer le tissu. "Elles pèsent près de 600 kilos pièce. Ce sont des vieilles dames de plus de 150 ans, mais elles fonctionnent toujours", se réjouit-il. Le trésor se complète de productions d’époque, de tissus, de documents qui témoignent de ce savoir-faire aujourd’hui quasiment disparu. "C’est extraordinaire quand on sait que ces outils ont été utilisés pour les plus belles créations de grandes maisons de couture. J’ai notamment des formes à muguet qui ont servi pour Monsieur Dior. Ce sont ici 250 ans d’histoire de la mode depuis Madame de Pompadour".

Une source d’inspiration inépuisable pour le créateur
Une source d’inspiration inépuisable pour le créateur S. Vandreck

L’Europe était reconnue mondialement pour son savoir-faire et ses métiers d’art et aujourd’hui tout a quasiment disparu

Le styliste est encore occupé à tout déballer, trier. Il faudra ensuite restaurer, nettoyer certaines pièces, enlever la rouille sur d’autres. Et archiver ce précieux patrimoine en vue de son classement. "Je dois y penser dès maintenant, même si je n’ai que quarante ans, insiste Bernard Depoorter. Si on laisse tout foutre le camp, on perd notre âme. L’Europe était reconnue mondialement pour son savoir-faire et ses métiers d’art et aujourd’hui tout a quasiment disparu". Le créateur souhaiterait aussi s’entourer d’historiens, de botanistes pour que sa démarche soit la plus aboutie possible. Il compte d’ailleurs créer un musée et former de nouveaux artisans à cette technique. Et bien entendu l’utiliser dans ses propres créations : "Je suis intimité : en même temps, je bouillonne d’idées mais je me demande aussi par quoi je vais commencer !". Les possibilités sont infinies : le cuir, la soie, le velours, mais aussi les nouveaux textiles plus techniques. "Je vais continuer la mode mais aussi m’ouvrir à la performance artistique et à l’art contemporain. Je veux en faire un véritable art de vivre et, pourquoi pas, m’associer avec des créateurs qui travaillent d’autres matériaux : l’or, la porcelaine ou même le chocolat !". Dans l’immédiat, deux étudiantes en stylisme de la Cambre vont venir en stage dans l’atelier pour s’initier à l’art de la parure florale.

Des fleurs plus vraies que nature
Des fleurs plus vraies que nature S. Vandreck

Sur le même sujet

Le défilé immobile de Jeanne Vicerial à la galerie Templon

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous