RTBFPasser au contenu
Rechercher

Dans l'air du temps

Le sublime Julos, la belle incarnation, le beau carne

Portrait du chanteur belge Julos Beaucarne sur la scène de Bobino, en 1983, à Paris

Dans sa chronique Dans l’air du temps, Réal Siellez rend hommage à Julos Beaucarne, décédé ce samedi 18 septembre.

Julos c’est notre oncle fou à nous tous. Un farfelu vital au pull coloré. Un homme des bois et des mots.

Julos comme l’appelle une grande partie de la Wallonie, est ce qu’il nous restera des genoux de nos grands-mères, ceux sur lesquels on grimpe quand on est petit, de gré ou de force… C’est le cas pour Réal Siellez. Sa grand-mère s’appelait Augusta et elle chantait ceci.

Loading...

On dit que Julos était l’ambassadeur de la francophonie et c’est vrai… Il aimait la langue qui est la nôtre, mais pas comme un stupide polémiste professionnel de la préservation absolue qui craint la chute d’une civilisation. Il aimait la langue française qui s’enrichit et qui abat les frontières…

Avec lui, la Wallonie devient le continent le plus joyeux et inclusif du monde ! La langue est un jeu sans frontière. Il disait :

Dès le moment où nous sortons du ventre de notre mère, nous devenons toutes et tous des émigrés.

Et ces mots donnent envie de mettre en avant une mission encore bien plus grande qu’il a accomplie. En plus de mettre en valeur la francophonie, il était le porte-drapeau de la famille, de la richesse de l’amour qui adopte, du bonheur qui se passe autour d’une table, d’une soupe, et des yeux qui débordent d’affection.

Loading...

Julos, un homme qui définitivement défendait en plus de la planète, l’idée qu’il fallait s’aimer follement, en amour, en amitié, et sans retenue, en permanence dans l’état de l’enfant.

Je rêve d’un concert que je
Donnerais où je pourrais Me taire pendant
Deux heures
Et que personne ne s’ennuie.
Je rêve de me taire et de passer
Mon temps
A vous écouter vous raconter,
Je rêve de n’avoir plus rien à dire,
Je rêve de passer mon temps à me
Taire,
Je rêve d’avoir le temps
D’embrasser tendrement
Chacune des jeunes filles et des
Femmes qui m’écoutent ce soir.
Je rêve de passer ma vie à aller
Rendre visite à tout un chacun
Chez lui, à l’écouter.
Je rêve de m’asseoir dans
Les fauteuils de tout le monde.

Ce matin Réal Siellez lève sa forêt en l’honneur d’un tonton fou, d’un regard qui brise toutes les défenses, des enfances heureuses, des jattes de cafés et des genoux de sa grand-mère.

À celui qui représentera éternellement tous les genoux de nos grands-mères, tous les chants consolatoires de jambes écorchées par les chutes de vélos, la fête de l’amitié, l’amour des forêts et des humains…

Julos Beaucarne, notre Julos… Avec "Je ne dirai plus je vous aime" sur son album le balbuzard fluviatile en 2012. C’était dans l’air du temps, il le sera toujours.

Loading...

Sur le même sujet

Julos Beaucarne, l’homme qui célébrait la vie

Par Ouï-dire

Il est 5 heures, Paris s’éveille de Jacques Dutronc, hymne de la jeunesse française en révolte de mai 68

Dans l'air du temps

Articles recommandés pour vous