Viva +

Le top 10 des chansons qui ont marqué la génération yéyé

Sylvie Vartan et Johnny Hallyday donnent un concert à l’Olympia, le 17 mars 1967, au profit de l’organisation pour le développement de la recherche sur le cancer, à Paris. AFP

© Tous droits réservés

La Minute yéyé, c’est un nouveau rendez-vous chaque jour de la semaine à 10h30 sur Viva + avec Serge Vanhaelewijn et Alain Pozzuoli. L’occasion de vous dévoiler notre top 10 des tubes qui ont marqué cette génération !

1. "L’idole des jeunes" – Johnny Hallyday (1962)

Loading...

"L’Idole des jeunes" est un des grands succès de Johnny Hallyday. Le titre de cette chanson va devenir son premier surnom comme le seront plus tard "le boss" ou encore "le taulier". Johnny Hallyday interprète ce titre pour la première fois sur scène lors de son deuxième passage à l’Olympia de Paris, durant l’automne 1962, il n’a que 19 ans.

2. "La plus belle pour aller danser" – Sylvie Vartan (1964)

Loading...

C’est en 1964 que Sylvie Vartan enregistre cette chanson qui deviendra une chanson culte de la chanson française. Elle a été écrite par Charles Aznavour qui avait aussi composé la chanson de Johnny "Retiens la nuit". La chanson sera aussi la musique du film "Cherchez l’idole".

3. "Tous les garçons et les filles" – Françoise Hardy (1962)

Loading...

Alors que la maison de disques de Françoise Hardy ne croyait pas en ce titre, jugé trop triste, c’est bel et bien la chanson qui propulsera la chanteuse sur le devant de la scène. Succès en radio, "Tous les garçons et les filles" s’écoulera à 700.000 exemplaires en France. Un phénomène porté par la vague yéyé.

4. "Nouvelle vague" – Richard Anthony (1959)

Loading...

C’est ce titre, une reprise du "Three Cool Cats" des Coasters, qui fera connaître le succès à celui qu’on surnomme "le père tranquille du rock" en 1959 à tout juste 20 ans. La chanson atteindra la 7e place du hit-parade.

5. "Belles, belles, belles" – Claude François (1962)

Loading...

Reprise du titre "Girls, Girls, Girls (Made to Love)" des Everly Brothers, "Belles, belles, belles" est le premier grand succès de Claude François, qui s’écoulera à 600.000 exemplaires. C’est la chanteuse Régine qui a fait écouter le titre à Claude François alors qu’il était à l’origine destiné à Lucky Blondo.

6. "Tu parles trop" – Eddy Mitchell et les Chaussettes noires (1960)

Loading...

Adaptation de "You Talk Too Much" de Joe Jones, "Tu parles trop" est une chanson emblématique des années 60. Le titre a connu plusieurs versions dont une enregistrée par Johnny Hallyday ou encore par Richard Anthony. La version des Chaussettes noires sera dans le top 10 du hit-parade pendant 4 semaines selon Infodisc.

7. "Twist à Saint-Tropez" – Dick Rivers et Les Chats sauvages (1961)

Loading...

"Twist à Saint-Tropez" est le premier tube mais aussi la chanson la plus populaire du groupe "Les Chats sauvages" emmené par Dick Rivers (grands rivaux des Chaussettes noires d’Eddy Mitchell). Sortie en 1961, elle se vendra à 300.000 exemplaires.

8. "Vous permettez, monsieur" – Salvatore Adamo (1965)

Loading...

Salvatore Adamo, avec son physique de gendre idéal, enchaîne les succès. Surtout avec son titre célèbre "Vous Permettez, Monsieur" qui le propulsera à la tête des ventes de l’époque, soulignant son statut d’idole des jeunes. Cette chanson, souvenez-vous, raconte l’histoire d’un jeune homme demandant la permission de danser avec une jolie jeune fille lors d’une boom. La bienséance incarnée.

9. "Capri c’est fini" – Hervé Vilard (1965)

Loading...

Écrite en quelques minutes, c’est la chanson qui lancera la carrière d’Hervé Vilard à l’âge de 19 ans. Succès retentissant, elle sera chantée en plusieurs langues et vendue à plusieurs millions d’exemplaires. L’idée de la chanson lui est venue dans le métro parisien lorsqu’il passe devant une affiche touristique sur l’île tout en ayant le titre "C’est fini", de Charles Aznavour, en tête.

10. "Aline" – Christophe (1965)

Loading...

"Aline", un des plus grands hits de la chanson française, nous vient du chanteur Christophe. Il a écrit cette chanson d’amour en 15 minutes chez sa grand-mère. Inspirée par une jeune femme qu’il fréquentait à l’époque (Aline Natanovitch), la chanson aurait pu ne jamais voir le jour car les parents de cette assistante dentaire refusaient une telle ode à leur fille. Et pourtant, cette chanson sera LE tube de l’été 1965 et on l’a toujours en tête chaque fois qu’on rencontre une Aline (pour qu’elle revienne).

Inscrivez-vous à la newsletter Vivacité!

Chaque vendredi matin, retrouvez toutes les infos de la chaîne radio proche de vous, avec les invités, les concours, les événements et l’actualité de vos animateurs.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous