Santé & Bien-être

Le traitement de l’asthme évolue grâce à une entreprise liégeoise

© © Tous droits réservés

14 juin 2022 à 19:02 - mise à jour 15 juin 2022 à 08:53Temps de lecture2 min
Par Arnaud Pilet

Une entreprise liégeoise, spin-off de l’université de Liège, développe un nouveau dispositif plus efficace pour le traitement de l’asthme.

Le dispositif ressemble à s’y méprendre à un "Ventolin" classique, un traitement présent sur le marché depuis des dizaines d’années. Mais cela s’arrête là : "Quand vous appuyez sur le dispositif, vous voyez directement que le produit n’est pas injecté très puissamment et rapidement comme le traitement habituel, explique Arnaud Breuer, laboratoire manager chez Aquilon Pharma. C’est en fait une autre technologie plus proche d’une brumisation qui diffuse lentement une solution aqueuse. Ça va permettre d’aller plus profondément dans les poumons plutôt qu’être plaqué dans la gorge en un seul coup".

Le corticoïde (en vert), la molécule anti-inflammatoire, est encapsulé dans des sucres complexes, les cyclo dextrines (en rouge et blanc) tel un petit vaisseau pour aller au fond du poumon.
Le corticoïde (en vert), la molécule anti-inflammatoire, est encapsulé dans des sucres complexes, les cyclo dextrines (en rouge et blanc) tel un petit vaisseau pour aller au fond du poumon. Aquilon Pharma

Une histoire de balle de golf

Mais le dispositif ne fait pas tout. La molécule injectée est elle-même liée à l’efficacité testée du produit. Les traitements habituels reposent sur l’injection dans la gorge d’un bronchodilatateurs type Ventoline associée à l’inhalation de corticoïdes anti-inflammatoires pour diminuer la suractivité des tissus pulmonaires à la surface des bronches. Généralement, ces corticoïdes sont liés à une molécule de lactose pour parvenir au fond du poumon mais une grande partie n’atteint jamais assez sa cible. L’entreprise liégeoise a développé une nouvelle formulation où le corticoïde est enfermé dans un sucre complexe : "On a découvert presque par hasard que les cyclo dextrines solubilisaient très bien et on a immédiatement pensé au traitement de l’asthme, explique le professeur Cataldo, pneumologue et professeur à l’université de Liège. Le corticoïde, hydrophobe, va venir se loger au sein du sucre complexe qui lui va se solubiliser et donc on va pouvoir mettre le traitement en solution aqueuse".

Et puis, la forme même de ce sucre va renforcer encore la capacité de transport du corticoïde vers le fond des poumons avec un profil de balle de golf : "On s’en est rendu compte par après mais la forme nous aide également, détaille Paul Maes, le CEO d’Aquilon Pharma. Comme sur la balle de golf et toutes ses petites aspérités rondes, celles présentes sur notre produit créent une multitude de minuscules dépressions en surface qui vont aider à aller plus loin encore au moment de l’inhalation. Ce sont ces petites turbulences, un peu comme celles créées par la forme d’une aile d’avion qui permettent à la balle de golf, et donc aussi à notre molécule de sucre, d’aller beaucoup plus loin qu’une sphère complètement lisse".

L’observation au microscope permet de voir les aspérités à la surface des molécules. Un peu comme des micros balles de golf qui permettent de se déplacer plus facilement dans l’air.
L’observation au microscope permet de voir les aspérités à la surface des molécules. Un peu comme des micros balles de golf qui permettent de se déplacer plus facilement dans l’air. Université de Liège

Résultat des tests réalisés : plus de 31% du produit inhalé atteint le fond du poumon alors que les traitements classiques sont trois moins efficaces avec plus de 80% qui ne dépassent pas la gorge : "Au final c’est une recherche qui pourrait permettre aux patients qui ne répondent pas bien aux traitements classiques de trouver une réponse à leurs problèmes. Aujourd’hui, quand le traitement initial ne fonctionne pas, on peut passer à des technologies plus récentes comme les anticorps monoclonaux dans les cas les plus sévères mais ce sont des traitements coûteux. Ici, ce n’est pas le cas, c’est plus routinier, moins cher, plus simple en fait", explique Didier Cataldo.

Le traitement est actuellement en phase II, celle qui cherche à trouver le dosage le plus efficace sur un petit nombre de patients et suit les effets nocifs à différents dosages. La jeune entreprise recherche aussi des investisseurs pour la suite des tests.

Sur le même sujet

Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous