Economie

L’écart salarial entre hommes et femmes se réduit depuis 2019, selon Statbel

Inégalité de salaires

© Getty Images

27 sept. 2022 à 09:37Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Alain Lechien

En 2020, un salarié occupé à temps plein gagnait en moyenne 3832 euros brut par mois, ressort-il d’une nouvelle enquête publiée mardi par l’Office belge de statistique, Statbel. L’écart salarial entre les hommes et les femmes travaillant à temps plein a pratiquement complètement disparu depuis 2019. En Région wallonne, les femmes gagnent même en moyenne plus que les hommes.

En Wallonie, un homme perçoit un salaire moyen de 3551 euros alors qu’une femme gagne 3573 euros. Cela entraîne un écart salarial négatif limité de -0,6%. En Flandre, l’écart salarial entre les hommes et les femmes s’élève encore à 1,1% et à Bruxelles, les hommes gagnent 5,4% de plus que les femmes. De façon globale, l’écart salarial entre les hommes et les femmes occupés à temps plein s’est réduit fortement de 4,1% en 2019 à 0,4% en 2020.

Le salaire médian est lui de 3550 euros. Cela signifie que 50% des salariés gagnent maximum 3550 euros, tandis que l’autre moitié empoche un salaire plus élevé. La majorité des travailleurs (69%) gagne un montant qui se situe entre 2000 euros et 4250 euros brut par mois tandis que 10% des travailleurs gagnent moins de 2334 euros brut par mois. À l’autre extrémité, 10% des salariés gagnent plus de 5991 euros brut.

La profession influence "dans une large mesure" le salaire, note Statbel. Les directeurs généraux gagnent 180% de plus que le salarié moyen, alors que les serveurs et les barmen ont les salaires les plus bas (36% en dessous de la moyenne nationale). De même, les coiffeurs et esthéticiens ainsi que les aides de ménage reçoivent en moyenne un salaire brut de moins de 2500 euros par mois.

Outre la profession, le secteur dans lequel on travaille joue également sur le salaire. En Belgique, c’est l’industrie pétrochimique qui offre les salaires les plus attractifs, avec une moyenne brute de 5902 euros par mois. Elle est suivie des activités liées aux sièges sociaux des entreprises, aux services financiers, à la programmation ainsi que la recherche et le développement scientifique. Les salaires les plus bas sont versés dans l’horeca, avec un montant moyen de 2704 euros. L’hébergement et le commerce de détail comptent aussi parmi les secteurs les moins bien payés.

D’un point de vue financier, il est intéressant de poursuivre ses études après l’enseignement secondaire. En effet, un travailleur titulaire d’un master gagne 47% de plus que le Belge moyen. Une personne qui quitte l’école sans diplôme perçoit un salaire inférieur de 26% à la moyenne nationale.

Enfin, l’âge ainsi que le lieu de travail entrent également en ligne de compte dans les salaires perçus. Ceux qui travaillent à Bruxelles gagnent généralement plus que dans les autres régions. Les salaires sont les plus faibles dans la province de Luxembourg.

Statbel a établi ces constats sur base d’une enquête menée auprès de plus de 130.000 travailleurs au sein des entreprises belges.

L'Institut pour l’égalité des femmes et des hommes tient à nuancer la conclusion que Statbel tire de ces chiffres : les chiffres de l’écart salarial (en particulier en Wallonie) doivent être comparés entre secteurs (une grande partie de l’écart salarial est dû à la surreprésentation des femmes dans les secteurs peu valorisés financièrement : soins de santé, crèches, ou encore aides à domicile). Par ailleurs l’analyse sur base du salaire brut mensuel ne permet pas de tenir suffisamment compte de l’impact du temps partiel. Or plus de 4 travailleuses salariée sur 10 travaillent à temps partiel (contre seulement un salarié masculin sur 10).

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous