RTBFPasser au contenu
Rechercher

Actualités locales

L’échangeur de Strombeek-Bever : un paradis pour les orchidées sauvages bientôt menacé

Au bord de l’autoroute, à l’abri des regards des automobilistes qui cherchent leur route, de petites fleurs discrètes semblent avoir trouvé là, un lieu idéal pour fleurir. Entre les hautes herbes, Annelies Jacobs, chercheuse pour Natuurpunt, l’agence flamande de protection de la nature, vient très vite de remarquer l’une d’entre elles : une petite fleur dont les pétales tissent une pyramide rose. "C’est l’orchidée pyramidale", s’enthousiasme-t-elle. "C’est une espèce d’orchidée sauvage très rare en Belgique", complète-t-elle. "Ici, le long de l’autoroute, on en retrouve énormément, ce qui est formidable".

L’orchis pyramidal ressemble à une petite pyramide de pétales roses au début de sa floraison. Sur cette photo, en pleine floraison, cette fleur a une forme de cloche.
L’orchis pyramidal ressemble à une petite pyramide de pétales roses au début de sa floraison. Sur cette photo, en pleine floraison, cette fleur a une forme de cloche. Tom Denis

Ces fleurs ont trouvé au milieu de l’échangeur autoroutier un sol calcaire et un microclimat idéalement chaud pour exploser les records en se multipliant par centaines. Mais un peu plus rare encore, en continuant l’expédition le long de l’autoroute, une autre orchidée nous apparaît. "L’Orchis Bouc !", s’émerveille une nouvelle fois Annelies. "C’est une fleur qui a une odeur très particulière. Ça se rapproche de celle du bouc, d’où son nom".

L’orchis bouc est discret mais son odeur ne laisse pas indifférent
L’orchis bouc est discret mais son odeur ne laisse pas indifférent Tom Denis

Des travaux venus bousculer cet équilibre

Des travaux sont prévus le long de l’échangeur en vue d’élargir le ring. Annelies Jacobs, accompagnée de botanistes du jardin botanique de Meise situé à quelques centaines de mètres de là, viennent régulièrement ces derniers temps pour récolter des graines, "pour les sauvegarder", explique la naturaliste. "Au jardin botanique, nous avons une sorte de ‘backup’ des espèces et nous pourrons dans le futur utiliser ces graines dans le cadre de nos projets liés à la nature ".

La tâche s’annonce toutefois ardue pour récréer les conditions optimales pour que ces plantes fleurissent. En symbiose avec un champignon particulier, elles mettent plusieurs années avant d’afficher leurs belles couleurs.

Articles recommandés pour vous