Cyclisme

Lefevere n'est pas pressé de construire une Dream Team autour d'Evenepoel : "Une équipe de Grand Tour coûte de l'argent..."

Patrick Lefevere

© Belga

Patrick Lefevere, le manager de Deceuninck-Quick Step, est revenu sur la prolongation du partenariat avec Quick Step jusqu'en 2027 et l'avenir de l'équipe sur les grands tours autour de Remco Evenepoel. "Je ne suis pas pressé et je ne vais pas acheter des coureurs au hasard", a-t-il déclaré.

"Nous sommes heureux que Quick Step a prolongé son partenariat de six ans et nous continuons à discuter avec d'autres sponsors. Nous n'allons pas nous presser et nous les confirmerons en temps voulu", a expliqué Lefevere.

Actuellement présent sur le Tour d'Italie, Lefevere est revenu sur les performances de son équipe après la 12e étape jeudi. Le patron de Deceunick-Quick Step a surtout appris pour l'avenir et la construction d'une équipe autour de Remco Evenepoel.

"Je suis content de vous entendre utiliser le verbe construire', a réagi Lefevere. "Vous pouvez construire une équipe ou acheter une équipe. Nous n'allons pas créer une équipe de Grand Tour d'un seul coup et acheter des coureurs au hasard. Nous avons la chance que de nombreux coureurs se proposent aujourd'hui. Donc, en fait, nous ne demandons rien. Parfois, des coureurs viennent me voir et me surprennent en me disant qu'ils veulent signer avec nous."


►►► À lire aussi Patrick Lefevere confirme un intérêt pour Sagan, "mais j’aurai besoin de mes sponsors"

►►► À lire aussi : Lefevere indique la sortie à Sam Bennett : "Vous avez vu ce qui arrive aux sprinteurs qui nous quittent…


 

"Je sais qu'une équipe de grand tour coûte de l'argent", a ajouté Lefevere. "Mais ce n'est pas parce que j'ai peut-être un peu plus de budget que je dois me déchaîner. J'ai encore un peu de temps et nous avons nous-mêmes de bons coureurs. Peut-être que nous devrions prendre un vieux briscard, quelqu'un qui a beaucoup d'expérience dans un grand tour et qui est prêt à aider Evenepoel (NDLR: le nom de Vincenzo Nibali est évoqué en Italie). D'un côté, c'est dommage que Joao Almeida parte, mais le directeur de Bora-hansgrohe a peut-être trouvé la caverne d'Ali Baba (rires), car il fait des offres à des coureurs qui ne sont plus de ce monde, en tout cas pas pour moi."

 

Articles recommandés pour vous