Cyclisme

Lefevere se confie sur l'état de Jakobsen : "Ils lui ont enlevé 130 points de suture du visage"

Sport Bilder des Tages CHORZOW/KATOWICE 05/08/2020 77.TOUR DE POLOGNE 2020 ETAP 1 STADION SLASKI CHORZOW - KATOWICE 195

© MATEUSZ JANUSZEK via www.imago-images.de - BELGAIMAGE

27 août 2020 à 07:41 - mise à jour 27 août 2020 à 07:41Temps de lecture1 min
Par Antoine Hick

Victime d’une terrible chute sur la ligne d’arrivée de la 1e étape du Tour de Pologne, Fabio Jakobsen est aujourd’hui heureusement hors de danger. Et si peu d’informations avaient filtré sur l’état de santé du coureur néerlandais jusqu’à présent, le directeur sportif de l’équipe Deceuninck Quick-Step, Patrick Lefereve lui a rendu visite à l’hôpital. Et comme beaucoup le craignaient, le bilan médical est lourd.

"Il est dans un bien pire état que Remco Evenepoel. Les fractures de Remco devraient être guéries en six semaines selon les médecins mais pour Fabio Jakobsen, on parle d’une convalescence de plusieurs mois. Ils lui ont enlevé 130 points de suture du visage. Il n’a plus qu’une dent, son palais n’est pas encore guéri et l’une de ses cordes vocales est toujours paralysée. Il ne sait donc pas encore respirer correctement " explique Lefevere au micro de Sporza.

Lefevere va mettre en place un comité de sécurité

Patrick Lefevere, directeur sportif de Deceuninck-Quick Step.

Toujours fortement marqué par les terribles chutes de ses deux coureurs, Lefevere s’estime chanceux ("J’aurais pu devoir organiser deux enterrements à la place") mais appelle à plus de sécurité dans les pelotons. En collaboration avec les formations Ineos, Jumbo-Visma et Sunweb, le boss de Quick-Step va donc débloquer des fonds pour mettre en place un comité de sécurité sur les courses.

"Jakobsen a été freiné dans sa chute par un photographe présent. Sans lui, il serait peut-être mort. Ce photographe est lui aussi lourdement blessé aujourd’hui. La question est donc : ce photographe doit-il être là où devrait donc mettre un dispositif de sécurité à la place ? En ski, il y a des filets dans tous les virages dangereux. Cela ne coûte quasiment rien et aurait pu empêcher Remco de tomber. Ces deux accidents nous ont alertés, il faut faire quelque chose" clame Lefevere.

Une première initiative a été entreprise pour mars et le Grand-Prix de l’E3. Sur les trois derniers kilomètres, tous les arbres dangereux seront pourvus de coussins pour amortir les chocs éventuels. Mais Lefereve, lui, ne veut pas attendre jusque mars. Il veut agir dès maintenant, au plus vite.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous