Vuelta - Cyclisme

Lefevere sur la Vuelta d’Evenepoel : "Il a vécu une belle saison mais un Grand Tour, c’est un tout autre examen"

Patrick Lefevere sur la Vuelta d’Evenepoel : "Il a connu une belle saison mais un Grand Tour, c’est un tout autre examen"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Patrick Lefevere a rejoint son équipe à Utrecht jeudi soir avant le contre-la-montre par équipes qui doit lancer cette Vuelta 2022. Le patron de l’équipe Quick-Step Alpha Vinyl ne peut pas cacher sa nervosité suite au départ d’un de ses directeurs sportifs Klaas Lodewyck, positif au Covid. Il est en revanche beaucoup plus serein quand on lui parle des ambitions de Remco Evenepoel sur ce Tour d’Espagne.

"On part avec lui comme leader unique", tranche-t-il d’emblée. "On pense que Remco méritait cette chance d’avoir une équipe autour de lui. Il a connu une belle saison. Il a gagné 11 courses dont Liège-Bastogne-Liège et la Clasica San Sebastian. Cela lui a donné beaucoup de moral mais un Grand Tour, c’est un autre examen. Il faut remettre tous les compteurs à zéro."

Dans cette optique de bien performer au général, la formation belge se présentera donc sans sprinteur au départ de cette Vuelta. "Difficile de venir avec un sprinteur quand on a des ambitions sur le classement. On n’a pas pris non plus la meilleure équipe possible pour le contre-la-montre par équipes. On a voulu prendre des coureurs qui sont bien dans les cols quand il faudra aider Remco."

Le contre-la-montre d’Alicante, "le jour-J pour Evenepoel"

Remco Evenepoel lors de la présentation à Utrecht.
Remco Evenepoel lors de la présentation à Utrecht. Belga

Le plan de l’équipe belge est clair : se retrouver dans la meilleure position possible au matin de la 10e étape avec Evenepoel et aller chercher une victoire d’étape si possible.

"On veut quitter les Pays-Bas avec nos chances intactes et puis on verra dans le Pays basque. Il y trouvera des cols qu’il aime et je pense qu’il peut bien limiter les dégâts. Pour nous, le jour-J sera le contre-la-montre à Alicante (10e étape). Après le chrono, on pourra dire si nos ambitions étaient justifiées au non."

On ne va pas crier sur tous les toits que nous voulons gagner la Vuelta

L’ambition, c’est celle d’être le mieux classé possible au général. Mais Patrick Lefevere ne veut pas faire de grandes proclamations. "Nous avons nos ambitions mais nous n’allons pas crier sur tous les toits que nous voulons gagner la Vuelta. On se dit qu’on verra jour après jour. On a déjà vu dans le passé que des coureurs qui avaient de grandes ambitions sur un Grand Tour avaient un jour sans. On espère que ce jour va tomber lors de la journée de repos", sourit-il.

Faire taire les critiques sur les cols raides

Patrick Lefevere et Remco Evenepoel s'enlacent à Liège-Bastogne-Liège.
Patrick Lefevere et Remco Evenepoel s'enlacent à Liège-Bastogne-Liège. Belga

Quid des victoires d’étape ? Evenepoel peut passer à l’offensive mais ne devra pas exagérer dans la multiplication des efforts.

"Tout le monde sait que dans un Grand Tour de trois semaines, il faut épargner un maximum d’énergie et voir comment le corps réagit la dernière semaine. Mais si un jour ou l’autre Remco peut faire mal à un adversaire, il doit le faire", estime Lefevere.

Ce n’est pas à nous de contrôler la course

Soucieux de protéger son poulain, le patron de l’équipe Quick-Step veut enlever la pression qui entoure Evenepoel et son équipe.

"Tout le monde a compris que Remco n’est pas un coureur normal, qu’il est un peu hors-catégorie. Mais on oublie trop vite qu’il n’a que 22 ans. A cet âge-là, beaucoup de grands champions du passé n’avaient même pas encore disputé de Grand Tour. D’ailleurs, notre équipe ne devra pas contrôler la course. D’autres équipes sont en mesure de le faire. Ce serait stupide et prétentieux de notre part de se dire qu’on doit contrôler le Tour d’Espagne."

En fin d’interview, Patrick Lefevere conclut sur un souhait en vue de cette Vuelta. "J’aimerais qu’il puisse démontrer à 100% ses capacités en tant que chronoman à Alicante. Et puis une fois lutter pour la victoire dans un col très raide. On l’a beaucoup critiqué, on a beaucoup dit qu’il n’était pas capable de prester sur des cols raides. J’espère qu’il pourra faire taire ces critiques pour toujours de ce point de vue là."

Vuelta : Remco Evenepoel optimiste, "je n’ai jamais grimpé aussi bien, ça tombe à pic"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Vuelta : "Evenepoel peut compter sur le soutien total de l’équipe", assure Alaphilippe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous