RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Légère hausse du nombre de citoyens non-UE s'étant vus refuser l'entrée en 2021

Health problems of migrants at Belarus-Polish border grow
19 mai 2022 à 15:32Temps de lecture2 min
Par Belga

En 2021, 139.000 citoyens de pays tiers se sont vu refuser l'entrée sur le territoire de l'UE, indique jeudi Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. Ce chiffre constitue une légère augmentation de 1% par rapport à 2020 (137.800).

Le plus grand nombre de refus d'entrée en 2021 a été signalé par la Hongrie (34.700), suivie de la Pologne (26.200), de la Croatie (14.200) et de la Roumanie (11.000). Les citoyens ukrainiens représentaient le plus grand nombre de refus en 2021 (50.200). Viennent ensuite les citoyens albanais (18.600) et moldaves (9100).

En Belgique, cela concernait 1140 personnes. Il s'agit d'une augmentation par rapport à l'année 2020, marquée par la pandémie, mais toujours d'une diminution en comparaison des années précédentes, lorsque le nombre fluctuait entre environ 1500 et 2400 personnes.

Près de 700.000 personnes en situation irrégulière

Par ailleurs, 681.200 personnes se trouvaient en situation irrégulière dans l'un des États membres de l'UE. Un chiffre en hausse de 22%, comparé aux 557.500 enregistrés un an plus tôt.

La France a signalé le plus grand nombre de citoyens de pays tiers en situation irrégulière en 2021 (215.200), suivie de la Hongrie (134.100) et de l'Allemagne (120.300). Pour la Belgique, ce nombre était de 10.885 personnes l'année dernière, le niveau le plus bas depuis des années. Les Syriens représentaient le plus grand nombre de personnes en séjour illégal dans l'UE en 2021 (79.800), suivis des citoyens algériens (56.800) et afghans (52.800).

Il convient néanmoins de relativiser les chiffres belges car ils ne font référence qu'à ceux qui sont entrés en contact avec les services officiels, généralement par le biais d'interceptions policières. Selon Joost Depotter de Vluchtelingenwerk Vlaanderen, le "vrai" chiffre est probablement beaucoup plus élevé. Freddy Roosemont, haut responsable du Service de l'immigration, va dans le même sens. "En raison de la crise sanitaire, l'attention s'est déplacée et moins de contrôles ont eu lieu. Cela explique les faibles chiffres de ces deux dernières années." Par ailleurs, la pandémie a également conduit à une capacité d'accueil limitée dans les centres de détention, selon Joost Depotter.

Le nombre de citoyens de pays tiers ayant reçu un ordre de quitter un État membre de l'UE était de 342.100 en 2021, soit une diminution de 14% par rapport au chiffre de 396.400 enregistré en 2020.

Parmi les États membres de l'UE, la France a signalé le plus grand nombre de citoyens non européens sommés de quitter son territoire en 2021 (125.500), suivie de l'Allemagne (31.500) et de la Grèce (28.800). Le nombre le plus élevé de personnes sommées de quitter le territoire d'un État membre de l'UE étaient algériennes (26.400), albanaises (22.000) et marocaines (21.800).

À la suite d'un ordre de départ, 82.700 citoyens de pays tiers ont été renvoyés vers un autre pays (y compris d'autres États membres de l'UE) l'an dernier.

La France a signalé le plus grand nombre de ressortissants de pays tiers renvoyés en 2021 (14.400), suivie de l'Allemagne (10.300) et de la Suède (9300). Les Ukrainiens et les Albanais (9400 chacun) arrivent en tête de la liste des citoyens non européens renvoyés dans un autre pays en 2021, suivis des Géorgiens (5400) et des Pakistanais (3200).

Sur le même sujet

Contrôle aux frontières: les Suisses refusent de tourner le dos à Frontex via referendum

Monde

Finlande : à la frontière orientale, face à la Russie, la perspective d'être dans l'OTAN accueillie avec soulagement

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous