RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Les Quatres Saisons

Leïla Belkhir : "J’ai du mal à comprendre qu’un soignant hésite à se faire vacciner"

Les Quatre Saisons de Leila Belkhir

"J’ai du mal à comprendre qu’un soignant hésite à se faire vacciner"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 juil. 2021 à 03:27Temps de lecture23 min
Par Himad Messoudi
Loading...

C’est l’une des personnalités marquantes de cette "saison" 2020-2021 qui se termine. Leïla Belkhir est professeure à l’UCLouvain, cheffe de l’unité infectiologie aux cliniques universitaires Saint-Luc de Bruxelles. Depuis un an, bien malgré elle, cette professionnelle de la santé est devenue l’un des visages "experts" de la pandémie. Elle a répondu à des dizaines d’interviews, pour tous les médias de Belgique francophone.

Son message initial concernait le terrain, elle qui a traité tous les jours des patients depuis le début de la pandémie. Par la suite, elle a continuellement été sollicitée sur le fond : à propos des décisions prises par les Conseils nationaux de sécurité puis les comités de concertation, sur l’évolution de la pandémie, sur la maladie elle-même, etc. Jusqu’à devenir experte pour la commission spéciale COVID-19 du Parlement fédéral.

On a donc beaucoup entendu Leïla Belkhir parler de l’épidémie. Mais qui est-elle ? Dans cet épisode "spécial été" du podcast "Les Quatre Saisons", vous entendrez Leïle Belkhir comme vous ne l’avez jamais entendue. Comment a-t-elle vécu cette année pas comme les autres ? Désormais "role model", cette médecin d’origine tunisienne explique les réactions qu’ont suscitées ses apparitions dans les médias.

Son rapport avec le monde politique aussi (en "décalage complet", dit-elle), face auquel elle n’a pas laissé sa langue en poche. Elle s’interroge également sur la vaccination dans le milieu médical :

Tant je peux comprendre qu’on se pose des questions et je trouve ça plutôt sain, c’est vrai que tout ça a été vite et que donc on se demande pourquoi, comment, etc., c’est logique.

Maintenant, quand on est soi-même soignant, et surtout quand on a été confronté aux dégâts et aux drames – on a vraiment vécu des drames avec cette crise COVID – j’avoue que j’ai du mal à comprendre qu’en tant que soignant, alors qu’on se doit de tout faire pour protéger les personnes que l’on soigne, qui sont souvent des personnes fragiles ou plus vulnérables, j’ai du mal à comprendre qu’on puisse encore hésiter à se faire vacciner maintenant
.

Foncièrement passionnée par son travail, elle voit l’avenir en bleu, avec espoir.

Sur le même sujet

Michel Cymes : "Il faut arrêter de parler aux antivax, vous n’arriverez jamais à les convaincre"

Le mug

Après les travaux, Namur va-t-elle (enfin) s’assumer comme capitale wallonne ?

Les Quatres Saisons

Articles recommandés pour vous