Cuisine

Les 1001 vies du cacao quand il n'est pas du chocolat

Les 1001 vies du cacao quand il n'est pas du chocolat.

© Natasha Breen

30 sept. 2022 à 10:00Temps de lecture2 min
Par AFP Relax News

Environ 70% du fruit du cacaoyer serait considéré comme du déchet, d'après Oded Brenner, le patron de la marque américaine Blue Stripes, qui revisite nos habitudes de consommation du cacao en proposant des snacks énergétiques, des smoothies et des jus conçus uniquement à partir de la cabosse. On vous propose un tour du monde des initiatives autour du recyclage de cet or noir.

De l'eau de cacao

Connaissez-vous le mucilage ? C'est la pulpe blanchâtre qui entoure les fèves fraîches que les producteurs de cacaoyers ont l'habitude de sucer comme on savoure un crocodile gélifié. Il existe désormais plusieurs moyens de valoriser cette matière première. D'abord en eau de cacao. A l'appui d'une simple extraction à froid, on obtient un jus au goût acidulé riche en antioxydants et en théobromine, un énergisant proche de la caféine. D'après le patron américain de la marque Blue Stripes, une briquette de 30 cl d'eau de cacao aurait des pouvoirs antioxydants deux fois plus élevés qu'une poignée de myrtilles.

Cette toute nouvelle boisson n'est en réalité qu'au tout début de son histoire. Fin 2021, le géant du chocolat Barry Callebaut avait annoncé avoir flairé le filon en lançant sa toute première boisson fonctionnelle à base de cacao. Dans le Pays basque français, les artisans chocolatiers de Monsieur Txokola ont aussi conditionné en petite bouteille le fameux élixir aux superpouvoirs.

Du mucilage en dessert

Dans un registre pâtissier, le mucilage constitue la nouvelle matière que tentent de s'approprier les plus grands chefs. La saveur fruitée dispose de sérieux atouts pour construire des desserts cacaotés d'un nouveau genre. A l'hôtel Four Seasons George V, à Paris, le petit prodige Michaël Bartocetti en a sourcé au Vietnam. Cependant, l'autre virtuose pâtissier Maxime Frédéric, qui exerce son art au Cheval Blanc Paris, nous avait confié que les cabosses devaient être reçues fraîches pour avoir la possibilité d'utiliser cette pulpe précieuse...

En matériaux de construction

En Equateur, un projet architectural a l'ambition de mettre sur pied un écovillage constitué de bâtiments durables construits à partir de déchets de fèves de cacao recyclés. Voilà la matière première qui a vocation à être insérée dans les imprimantes 3D afin d'obtenir des fibres capables de monter des bâtisses dans une zone cultivant traditionnellement le cacao. Ce sont les déchets issus de la fabrication des produits de la marque équatorienne Muze Cacao qui serviront à ce vaste projet.

En cosmétique

En Côte d'Ivoire, premier pays producteur de cacao, un artisan chocolatier qui a lancé sa propre marque (Le Chocolatier ivoirien) pour démontrer que le pays avait aussi les compétences pour transformer la matière première en tablette, a lancé l'année dernière un projet de recyclage des fèves en poudre à fond de teint. Dans sa boutique d'Abidjan, il promet une palette matifiante sans aucun artifice chimique, entièrement à base de cacao. En fait, l'entrepreneur concrétise en projet commercial une technique déjà bien connue consistant à utiliser la poudre de cacao comme fixateur de teint pour les peaux noires. Une astuce notamment popularisée par la make-up artist Pat McGrath.

De la cosmétique à la parfumerie, il n'y a qu'un pas. En mai dernier, le groupe Technicoflor, qui met au point des compositions aromatiques pour les maisons de parfums, a dévoilé des fragrances pour le moins étonnantes : elles sont toutes basées sur la valorisation d'un déchet, parmi lequel du cacao extrait de cabosses.

Sur le même sujet

Une bonne recette de chocolat chaud

Hainaut Matin

Une première robe haute couture vegan conçue à partir de fèves de cacao

Mode

Articles recommandés pour vous