Les aides-ménagères manifestent à Bruxelles pour une amélioration des conditions de travail

Banderolles brandies lors d'une manifestation des aides-ménagères le 18 novembre à Bruxelles

© Capture d'écran

06 déc. 2021 à 12:30Temps de lecture2 min
Par Belga

Une septantaine d'aides-ménagères et de représentants syndicaux se sont mobilisés lundi à 09h00 devant le siège social de l'entreprise Daoust Titres-Services, situé Porte Louise à Ixelles. Ils réclament une augmentation des indemnités de déplacement et une amélioration des conditions de travail. Les trois syndicats réunis en front commun annoncent que cette action est la première d'une longue série, qui seront organisées jusqu'au 20 décembre dans tout le pays.

Le témoignage d'une aide-ménagère a été mis en exergue par les représentants syndicaux lors des prises de parole. "Je n'ai toujours pas reçu mon salaire alors que nous sommes en début de mois", a-t-elle confié. "J'ai 0 euro sur mon compte. J'ai dû annuler mon rendez-vous chez le médecin".

J'ai 0 euro sur mon compte. J'ai dû annuler mon rendez-vous chez le médecin.

Marina Künzi, secrétaire permanente CSC, explique que "plusieurs aides-ménagères ont encore témoigné des difficultés de leur métier. Elles se retrouvent avec des salaires de misère et doivent choisir entre se soigner et donner à manger à leurs enfants, ce qui n'est pas normal dans un secteur subsidié à 70% par l'État". Les syndicats font valoir que les aides-ménagères sont payés 12 euros brut de l'heure et que leur salaire moyen est de 1170 euros net par mois. 

Des cacahuètes

Des cacahuètes ont été lancées sur la vitrine de Daoust, en référence aux négociations pour un nouvel accord sectoriel qui ont débuté en septembre et qui sont actuellement bloquées. Les syndicats estiment que les employeurs du secteur se sont accordés au sein de la fédération patronale Federgon afin de ne faire que le minimum pour répondre aux revendications des aide-ménagères.


►►►A lire aussi : Plusieurs centaines d’aide-ménagères dénoncent leurs conditions de travail


"Elles perçoivent une indemnité de frais de déplacement qui est trois fois inférieure à la norme gouvernementale", argue le front commun syndical dans son communiqué. Il déplore que l'augmentation proposée en rapport soit limitée à 2 centimes par kilomètre, et ce alors que les salaires sont bloqués à une augmentation de 0,4% pour les 2 prochaines années, soit 0,05 euros par heure.

10 millions d'euros pour les actionnaires

Les syndicats observent que s'il y a moins d'argent, il y en a encore pour engranger des bénéfices. Ils notent entre autres que l'agence Het Poetsbureau a versé 10 millions d'euros à ses actionnaires en 2020 et que le groupe Trixxo a réalisé un bénéfice de 5 millions d'euros cette même année.

Une délégation a été reçue par Giles Daoust, qui dirige l'entreprise familiale, et le directeur des ressources humaines. "On nous a fait remarquer que la crise a été dure pour tout le monde et que les aides-ménagères ont pu garder 70% de leurs revenus, mais c'est l'État qui a mis en place un chômage Corona", s'est offusquée Marina Künzi. "Ils ne se sont pas engagés à donner quoi que ce soit de leur côté tant que Federgon n'aurait pas remis en route les négociations, alors qu'ils sont en bénéfice en 2019 et 2020. Les aides-soignantes étaient déçues, mais décidées à continuer les actions pour se faire respecter".

Manque à gagner des aide-ménagères: JT 18/11/2021

Sur le même sujet

Actions des aides-ménagères : "L'argent public doit aller aux aide-ménagères, pas chez les actionnaires"

Belgique

Les aides-ménagères prévoient deux semaines d’actions à partir de lundi

Articles recommandés pour vous