Environnement

Les animaux existaient-ils déjà il y a 890 millions d’années ? La découverte d’un fossile le suggère !

Phylum des porifères, éponge moderne

Devons-nous remonter 350 millions d’années plus tôt que prévu pour dater l’apparition des animaux sur Terre ? La découverte d’un fossile d’éponge prouverait que les systèmes complexes d’animaux seraient apparus il y a 890 millions d’années.

Pendant des années, les premiers fossiles d’animaux connus remontaient à la période cambrienne, qui a commencé il y a 541 millions d’années. Cependant, de récentes découvertes pourraient nous faire changer la date de l’apparition des animaux.
 

Les éponges étaient-elles les premiers animaux terrestres ?

Elizabeth Turner de l’Université Laurentienne à Sudbury, au Canada, a étudié des roches du nord-ouest du Canada qui contenaient les restes préservés de récifs datant d’il y a 890 millions d’années. Elle y a trouvé les restes préservés d’un réseau de fibres, qui se ramifiaient et se rejoignaient en un maillage complexe. Ce sont des restes d’éponges, soutient-elle selon CNN.

On pourrait se demander si les éponges sont des végétaux ou des animaux. Les animaux sont des organismes multicellulaires qui, contrairement aux plantes, doivent manger de la nourriture pour survivre. C’est donc bien le cas des éponges et des fossiles qui ont été retrouvés.

Loading...

Des preuves qui corroborent l’horloge moléculaire

Des études scientifiques sur l’horloge moléculaire utilisent l’ADN moderne pour estimer les points clés de l’évolution de différents organismes sur la ligne du temps. D’après ces recherches, les animaux ont émergé bien avant les premiers fossiles trouvés jusqu’ici qui dataient donc de 541 millions d’années.

Le problème étant que cette approche est considérée comme peu fiable s’il n’y a pas de véritables fossiles disponibles pour corroborer l’horloge moléculaire. La découverte de Turner "ramène les archives fossiles en conformité avec les estimations de l’horloge moléculaire", explique Amelia Penny de l’Université de St Andrews au Royaume-Uni, selon trustmyscience.

Quelles implications a cette découverte ?

La découverte que des organismes multicellulaires plus ou moins complexes existaient il y a 890 millions d’années a deux implications importantes sur notre compréhension de l’histoire de la vie sur Terre.

Tout d’abord, ces animaux existaient à une époque où il y avait peu d’oxygène sur Terre ce qui empêchait supposément la création d’organisme animal. Ce n’est donc pas le cas, comme le souligne le NationalGeographic, la vie peut apparaître avec peu d’oxygène.

Ensuite, leur apparition coïncide avec une période glaciaire sur Terre, "on pensait auparavant qu’il s’agissait d’événements vraiment catastrophiques pour la vie sur Terre, certainement la vie multicellulaire", explique Amelia Penny. À nouveau, ce n’est pas le cas puisque les éponges, au moins, ont survécu aux glaciations.

Comme Turner l’explique, les éponges datant d’il y a 890 millions d’années sont très proches de celles retrouvées des centaines de millions d’années plus tard, il n’y a donc pas eu de "reset" de l’évolution dû à une glaciation annihilatrice. Les éponges "plus récentes" sont bien les descendantes de celles retrouvées il y a 890 millions d’années.

Sur le même sujet

Syndrome de domestication : ces animaux qui ont changé physiquement au contact de l’humain

Biodiversité

Une nouvelle hypothèse pour expliquer le long cou de la girafe

Week-end Première

Articles recommandés pour vous