RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le Scan

Les applications e-santé sont-elles toutes fiables ?

01 mars 2022 à 14:19Temps de lecture2 min
Par Thomas Dechamps avec Maurizio Sadutto

Mesurer son pouls, compter le nombre de calories que l’on a dépensées, évaluer son cycle du sommeil… Ce sont toutes des informations qu'annoncent fournir des applications e-santé sur un smartphone. Le SCAN s’est penché sur leur fiabilité.

Les applications e-santé sont-elles toutes fiables ?

Le Scan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Certaines applications sont bluffantes, comme celles qui, à partir d’une simple photo de votre peau, font une analyse pour vous dire si vous avez un début de cancer ou non… La fonctionnalité est impressionnante, et sans doute un peu trop. Le docteur François Sales, un chirurgien oncologique, donc un spécialiste du cancer, de l’institut Bordet à Anderlecht, a accepté de nous aider à tirer cela au clair.

Si le patient à l’époque avait utilisé cette application, il aurait été faussement rassuré

- J’ai pris une photo d’un point sur la peau. Mon résultat c’est "bénin à 72%". C’est un bon résultat, ça ?

"Non, c’est un très mauvais résultat, parce que c’est un patient que j’ai opéré moi-même d’un mélanome. Ca veut dire que si le patient à l’époque avait utilisé cette application, il aurait été faussement rassuré. Et il n’aurait probablement pas consulté un médecin pour ça. Quand on regarde les études qui ont été effectuées sur ce type d’application, on constate qu’il y a des erreurs dans 20% des cas."

Tension sur les applications

Et ce n’est pas la seule fois où des scientifiques ont eu un doute sur une application e-santé. En 2015, Apple a dû retirer l’une de ses applis les plus populaires, qui sert à prendre sa tension artérielle rien qu’en touchant avec son doigt l’appareil photo de son smartphone. A l’époque, elle cartonne tellement qu’elle est plus téléchargée qu’Angry Birds. Seul bémol, c’est que les scientifiques vont prouver qu’elle se trompe, dans 80% des cas. Depuis, d’autres applis du même type sont arrivées sur le marché, rendant parfois la vie des cardiologues très compliquée.

Ils viennent ici carrément avec des diagnostics différentiels

Le professeur Bernard Cosyns, cardiologue à l’UZ Brussel, que nous sommes allés interviewer, reçoit de plus en plus de patients qui ont de mauvaises informations sur leur cœur, à cause de leur smartphone :

"On reçoit énormément de patients qui ont été rendus anxieux par ce genre d’application. En règle générale, ils se disent que l’appareil a détecté une anomalie, ils regardent sur internet ce que cela peut être. Ils viennent ici carrément avec des diagnostics différentiels. Donc ça a des conséquences sur le stress des patients, et ça a des conséquences sur la surcharge des soins de santé, qui est déjà malmenée en ce moment."

Faut-il tout désinstaller ?

A quelles applications peut-on encore faire confiance ? Pour faire le tri, le gouvernement a mis en place une plateforme officielle sur laquelle 34 applications e-santé sont pour le moment référencées. Mais même là il faut rester méfiant, c’est ce qu’a expliqué Julie Frère de Test Achats :

"Ces applications sont classées en trois catégories, en fonction de la [fiabilité] de ces applications. A ma connaissance, au niveau le plus élevé, le niveau 3, qui montre vraiment un caractère scientifiquement fondé de la part de ces applications, il n’y a AUCUNE application qui se retrouve dans cette catégorie-là. Donc ça pose quand même question."

Tout porte à croire que la manière la plus sûre d'utiliser son smartphone pour sa santé, c'est encore et toujours d'appeler son médecin

Sur le même sujet

Applications de santé : quand la technologie peut faire le lien entre le patient et le soignant

App mobiles

App Store : quelles sont les meilleures applications de l’année selon Apple ?

High tech

Articles recommandés pour vous