Belgique

Les astronomes de l’Université de Liège découvrent une nouvelle super-Terre potentiellement habitable

Espace : découverte belge de premier plan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Speculoos-2c, c’est le nom appétissant de la nouvelle super-Terre découverte par une équipe internationale de scientifiques, menée par Laetitia Delrez, astrophysicienne à l’ULiège.

Cette super-Terre (c’est-à-dire une planète un peu plus grosse que la Terre) aiguise les appétits parce qu’elle pourrait bien être habitable. La vie est-elle possible ailleurs que sur notre planète Terre ? Sommes-nous seuls dans l’univers ? C’est à ces grandes questions que Laetitia Delrez et ses collègues essaient, en définitive, de répondre.

 

Une découverte rare

La découverte de Speculoos-2c est assez rare pour être soulignée (et publiée dans le journal Astronomy & Astrophysics). Elle est en orbite autour d’une petite étoile froide, baptisée, elle, Speculoos-2, située à une centaine d’années-lumière de notre Terre.

C’est seulement le deuxième système de ce type (étoile froide + planètes en transit) que l’on connaît aujourd’hui : en 2016, les équipes liégeoises avaient découvert 7 exoplanètes (dont 3 habitables) autour de l’étoile froide Trappist-1.

Speculoos-2c a en fait été découverte grâce aux recherches menées sur une autre planète, qui répond au doux nom de “LP 890-9b”. L’existence de cette dernière a été révélée par la mission spatiale Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la Nasa, dédiée à la recherche d’exoplanètes en orbite autour d’étoiles proches.

"Nous avons utilisé les télescopes terrestres SPECULOOS (Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOl Stars- situés, voilà l’explication… ), situés au Chili et sur l’île de Tenerife, raconte Laetitia Delrez, à la fois pour confirmer l’existence cette planète, et pour chercher d’autres planètes qui auraient pu être manquées par TESS". Bingo ! Voici Speculoos-2c.

 

Zone habitable

"Elle est environ 40% plus grande que la Terre, poursuit l’astrophysicienne. Elle est particulièrement intéressante parce qu’elle se situe dans la zone que l’on appelle 'habitable' autour de l’étoile. C’est une zone dans laquelle les températures sont propices à la présence d’eau liquide, qui est elle-même un élément essentiel à la vie telle qu’on la connaît dans notre système solaire. C’est pour ça qu’on est particulièrement intéressé par ce genre de planète."

Speculoos-2c est nettement plus proche de son étoile que la Terre ne l’est du Soleil, elle en fait le tour en seulement 8 jours (contre 365 pour la Terre), mais son étoile est 6,5 fois plus petite que le soleil et elle a une température de surface deux fois moins élevée que lui. La quantité de rayonnement stellaire qu’elle reçoit reste donc faible, les températures aussi.

 

Etudier son atmosphère

"Maintenant, on ne sait pas à quoi elle ressemble en pratique, précise Laetitia Delrez. On ne sait par exemple pas si elle a une atmosphère. Il y a plein d’autres facteurs en termes d’habitabilité."

La prochaine étape, pour l’équipe liégeoise, c’est justement d’essayer de détecter l’atmosphère de cette planète, et, si elle en a une, d’analyser sa composition pour en savoir plus sur les conditions à sa surface. Pour ce faire, l’équipe va faire une demande pour pouvoir utiliser le télescope James Webb, lancé récemment par la Nasa.

"L’idée de pouvoir recourir à ce fameux télescope est vraiment très excitante. Ça nous ouvre de nouvelles perspectives dans la caractérisation des exoplanètes." Le télescope James Webb permet de sonder les atmosphères à des niveaux de précision jamais atteints jusqu’ici.

Sur le même sujet

Les astronomes fascinés par le flash de lumière spatiale le plus brillant jamais observé

Espace

Sommes-nous seuls dans l’univers ? La découverte de la super-Terre Speculoos-2c par l'Université de Liège pourrait apporter des réponses

Sciences et Techno

Articles recommandés pour vous