Les ateliers de cathédrales, dont celui de Strasbourg, entrent à l'Unesco

Les ateliers de cathédrales, dont celui de Strasbourg, entrent à l'Unesco

© PATRICK HERTZOG - AFP

L'Unesco a ajouté au registre des bonnes pratiques de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel les pratiques des ateliers de cathédrales en Europe, dont celle de la Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame, qui s'occupe de la cathédrale de Strasbourg (est de la France).

Ces techniques et pratiques artisanales, apparues au Moyen-Âge lors de la construction des cathédrales en Europe et encore sauvegardées par des ateliers en Allemagne, Autriche, France, Norvège et Suisse ont été inscrites dans leur ensemble jeudi dans le registre de l'Unesco.

"Aujourd'hui comme alors, ces ateliers accueillent différents corps de métiers oeuvrant en étroite collaboration", a expliqué l'Unesco.

Ils "sauvegardent les coutumes et rituels traditionnels associés aux différentes professions, ainsi qu'une mine de connaissances transmises de génération en génération, à la fois oralement et par écrit", a ajouté l'Unesco.

Créée par le chapitre de la cathédrale au début du XIIIe siècle, la Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame est une structure unique en France pour sa longévité, son statut juridique et la transmission de son savoir-faire entre générations d'artisans qui travaillent à l'entretien et à la restauration de la cathédrale de Strasbourg.

Structure laïque, cette fondation est aujourd'hui administrée par la municipalité de Strasbourg.

Articles recommandés pour vous