Sports d'hiver

Les Belgian Rockets se sont lancés à Winterberg

16 déc. 2019 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Thomas Van der Linden

Jeux d’Hiver 1948 à Saint Moritz en Suisse, un équipage belge de bob à 4 décroche la médaille d’argent. Plus de 70 ans plus tard, le bobsleigh belge renaît. 8 mois après des sélections pour former une équipe, un bob à deux noir jaune rouge s’est élancé lors d’une compétition officielle cette semaine à Winterberg. Récit d’une première un peu historique.

Trois gars pour un bob

L'équipe belge de bobsleigh à deux
L'équipe belge de bobsleigh à deux RTBF

Il faut être un peu fou pour faire du bobsleigh. Se lancer à plus de 120 kms/h dans une caisse à savon sur patins dans une descente longue d’un kilomètre, ce n’est pas la discipline la plus sécurisante. C’est peut-être pour ça que depuis quelques années, la Belgique ne possède pas d’équipe de bobsleigh. Mais ça vient de changer grâce à trois gars : Jasper Van Hauwermeiren, c’est le pilote, Denis Hanjoul et David Vivegnis les deux freineurs. Trois mecs pour un bob à deux, pour la Fédération belge qui rêve in fine d’un bob à 4, c’est important d’avoir déjà deux freineurs mais du coup David Vivegnis fait, pour l’instant, office de remplaçant.

Un statut qui n’empêche pas les trois bobeurs de s’entendre à merveille. D’autant plus que la cohésion (comme la coordination) est fondamentale dans ce sport. Pour assurer la gestuelle très technique de la poussée au départ mais aussi pour encaisser les chocs de la descente, ensemble. Et puis quand on commence le bobsleigh, on se crashe, beaucoup : " Pour l’instant, j’ai eu 23 runs et 12 chutes donc c’est pas mal ! " explique Denis. " Non mais ça reste un sport super, j’adore ! ". Ce n’a pas été le cas de tout le monde. Beaucoup de sportifs sélectionnés lors des tests ont abandonné après avoir testé la sensation de la piste. A l’arrivée ils n’étaient plus que trois à disputer cette première compétition officielle à Winterberg, une des 19 pistes mondiales de bob.

"Ils ont battu deux équipes, moi ma première course, j’avais fini dernier !"

L'équipe de bobseligh belge à deux

Après plusieurs jours d’entraînement en début de semaine, le bob belge participait vendredi à sa toute première compétition, une manche de l’Eurocup. Avec l’objectif principal de réussir la descente, nos bobeurs ont géré : d’abord à la poussée, 5 : 49 (leur meilleure jamais réalisée), puis au terme d’une descente contrôlée, le bob belge arrive intacte en 58,65, une seconde de mieux que leur meilleur temps à l’entraînement. Une première couronnée de succès même si avec ce temps les Belges terminent 29e sur 31 et ne sont pas autorisés à faire un deuxième run (seulement les 20 premiers le peuvent). Mais le coach, le Britannique Tom De La Hunty, était très satisfait de la performance de ses bobeurs : "J’étais très surpris de leur poussée, en dessous des 5 : 50 et puis ils sont en dessous des 59 secondes. Les gars ont bien bossé. En plus, ils battent deux équipes ! Moi, j’avais terminé dernier lors de ma première course !"

Des bobeurs qui ont donc réussi leur première aventure officielle. La prochaine est déjà programmée, ce sera dans un moins à Innsbruck en Autriche, sur une piste, considérée comme la plus simple au monde. Une nouvelle étape pour la douce ascension du bob belge masculin dont l’objectif avoué est déjà d’atteindre les Jeux Olympiques d’hiver. 2022 ce sera sûrement un peu tôt mais en 2026, Turin ne sera peut-être pas trop loin. En attendant, il ne reste plus qu'à trouver un nom. Si "Belgian Bullets", comme les filles, devrait rester, on aime bien la proposition de David Vivegnis: les "Belgian Rockets". 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous