RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le Scan

Les boissons sans alcool, est-ce vraiment du 0% ?

Les boissons sans alcool

Le Scan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pour faire la fête, pas besoin de consommer des quantités astronomiques d’alcool, mais avoir l’impression d’en boire peut suffire. D’un point de vue marketing, les marques l’ont bien compris, et elles sont rôdées à l’exercice.

Entre deux bouteilles de la même marque qui propose une version alcoolisée et l’autre non, difficile de faire la différence au premier coup d’œil.

Tout est fait pour que vous ayez l’impression de boire une vraie boisson alcoolisée. Et parfois, vous buvez même un peu d’alcool sans le savoir…

Le SCAN a trinqué pour vous, et tente d’apporter quelques réponses.

Ca ressemble à de l'alcool, et il y en a tout de même un peu
Ca ressemble à de l'alcool, et il y en a tout de même un peu © Tous droits réservés

Comment fait-on des boissons sans alcool ?

Des vins, des bières, des spiritueux ? Aujourd’hui, toutes les boissons alcoolisées ont leur homologue sans alcool.

Cependant, est-ce que toutes ces boissons sont vraiment à 0% d'alcool ? Visiblement non. Il suffit d’observer attentivement les étiquettes sur les bouteilles. Certaines d’entre elles affichent un taux d’alcool entre 0 et 1%.

Mais d’abord, comment passe-t-on d’une version alcoolisée à une version sans alcool ?

Pour trouver une réponse tout à fait pratique, nous nous sommes rendus dans une distillerie qui produit du gin depuis 7 ans. Et depuis quelques mois, elle produit également son équivalent sans alcool.

Augustin Grenier, directeur commercial chez Copper Head, nous explique : "Les cinq mêmes plantes interviennent dans les deux versions. La version alcoolisée et la version sans alcool. Vous allez dès lors retrouver baies de genièvre, coriandre, cardamome, zestes d’orange et angélique. La différence principale se trouve dans la macération, la première étape du processus. Comment fait-on pour remplacer cette levure qui va amener à une production d’alcool sur le Copper Head original et pas sur le sans alcool ? On va la remplacer par un substitut, le kéfir et qui ne mène pas à la production d’alcool."

Seul petit bémol, que vous vous serviez un verre de la version alcoolisée ou de la version dite sans alcool, vous allez de toutes façons boire de l’alcool. Augustin Grenier nous explique pourquoi :

"Au terme de la quatrième étape du processus, donc de la distillation, on rajoute une infime part d’alcool, à savoir uniquement 0,2%, pour garder ce corps, cette complexité, cette longueur en bouche."

Une quantité infime mais pas insignifiante

En Belgique, nous n’avons trouvé qu'une loi qui stipule que pour les bières, quand il y a moins de 0,5% d’alcool, les marques ont le droit d’utiliser l’appellation "sans alcool".

Jean-Philippe Ducart de Test Achats y voit un sérieux problème : "Le problème c’est qu’en dessous de 0,5%, on n’est pas nécessairement obligé de stipuler la quantité d’alcool résiduel. Pour le consommateur qui veut vraiment savoir quelle est la quantité d’alcool, il est pratiquement impossible de le savoir. Donc il y a là un problème et nous estimons qu’en termes de transparence, ça devrait être tout le temps stipulé sur l’étiquette."

Nous sommes également retournés à la distillerie pour poser la question :

- Vous n’avez pas l’impression de duper les consommateurs ?

"Non, parce que 0,2% d’alcool ça ne représente quasiment rien. Il y a une infime part d’alcool dans le produit, mais qui permet de garder toute sa complexité à la dégustation."

Cependant, boire des boissons non alcoolisées alors qu’elles contiennent un peu d’alcool n’est pas sans danger.

Salvatore Campanella est toxicologue à l’ULB/CHU de Brugmann et nous relate les enjeux pour la santé : "Cela va quand même avoir un impact dans le cerveau dans le sens où ça va stimuler des régions, car l’alcool relâche certaines substances qui vont notamment faire en sorte qu’on va se sentir désinhibé, on va se sentir joyeux, etc. Ca crée en mémoire des associations, du style je bois/je me sens mieux. Et donc ça peut être pernicieux si on ne sait pas qu’il y a une faible dose d’alcool, qui peut amener alors à une consommation plus importante, dans notamment des circonstances de vie difficiles."

Attention aussi au taux de sucre dans les boissons sans alcool, parce que certaines marques compensent cette absence d’alcool avec des taux de sucre très élevés.

Sur le même sujet

Connaissiez-vous l'origine réelle du spa water, la boisson qui affole TikTok ?

Cuisine

"Alcool au féminin": pour en finir avec ce tabou de société

Articles recommandés pour vous