RTBFPasser au contenu

Nature & Découvertes

Les champs de fleurs à couper : des fleuristes à ciel ouvert [Carte interactive]

Les champs de fleurs à couper : des fleuristes à ciel ouvert [Carte interactive]

Le printemps est là, la nature retrouve ses couleurs et les fleurs éclosent. Vous avez peut-être des envies de décoration : un joli vase sur la table du salon par exemple. Si vous vous voulez le faire d'une manière écoresponsable, vous avez deux options : soit vous achetez votre bouquet chez un fleuriste ou un producteur durable, soit vous allez directement les cueillir dans un champ.

Dans ce concept libre-service de " Fleurs à couper ", un agriculteur plante des variétés sur sa parcelle. Dès les premières floraisons, il vous invite à y entrer librement (7 jours sur 7) : vous choisissez vos fleurs selon vos goûts, vous les coupez avec un outil à disposition ou votre propre sécateur, et vous composez votre plus beau bouquet.

Pour le payement, vous ne trouverez pas de vendeur sur place ! Seule une tirelire-caisse est installée à l’entrée du champ avec des informations sur les prix. Certains producteurs acceptent aussi des virements. Dans tous les cas, le concept repose sur la confiance et l’honnêteté entre les producteurs et les clients. Quitte à avoir quelques problèmes de vol ou de vandalisme

Loading...

Si vous ne voulez pas couper des fleurs, vous pouvez simplement vous balader et profiter de leur beauté. De mars à octobre, les variétés florales sont multiples, cohabitent et se succèdent en fonction des saisons. " On commence la saison avec les narcisses au courant du mois de mars. Ensuite, les tulipes, les lys et les pivoines au printemps ; les tournesols, les glaïeuls, les dahlias pendant l’été " détaille Maximilian Bommers, agriculteur et manager chez Beflowers.

>> A voir : le reportage de Ma télé sur les fleurs à couper soi-même

Une démarche écoresponsable

Getty Images

Ce concept, importé d’Allemagne et de Suisse en 2007, favorise les producteurs de fleurs locaux et le circuit-court. " 80% des fleurs qu’on trouve chez les fleuristes traditionnels viennent de l’autre bout du monde ", explique Amandine Maziers, fleuriste durable à Bruxelles. " Non seulement, ces fleurs sont transportées en avion, ce qui augmente déjà leur empreinte écologique, mais elles ont besoin énormément d’eau et de pesticides pour être cultivées. " Ici, dans les champs de fleurs à couper, vous cueillez bien des fleurs fraîches, locales et de saison.

Le petit conseil de notre journaliste Véronique Wese ? Quand vous êtes dans le champ, veillez à prendre des fleurs bien fermées pour éviter de les voir se faner trop rapidement ! Dans un vase, les fleurs tiennent en moyenne deux semaines.

On compte aujourd’hui près de 40 champs à Bruxelles et en Wallonie. Découvrez-les sur notre carte interactive ci-dessous. Vous en connaissez d’autres ? Faites-les nous parvenir via contact@vivreici.be.

Loading...

Sur le même sujet

13 mai 2022 à 13:48
11 min

Articles recommandés pour vous