Sous couverture

Les cinq petits préférés de Lucile Poulain !

© © Tous droits réservés

Qui dit premier roman est bien souvent synonyme de qualité ! C’est ce que Lucile Poulain défend tout au long de l’année dans sa chronique "Toute première fois".

Comme l’été est à notre porte, elle a pointé la crème des crèmes parmi ces premiers romans pour vous faire passer un été inoubliable. Vous lui en direz des nouvelles !

Un Prix Première amplement mérité

Paul a douze ans et habite à Middelbourg, petit village perdu au milieu des polders. Il y vit avec sa mère, divorcée et contrainte de travailler dans un supermarché, et sa grande sœur, pas encore tout à fait sortie de l’adolescence mais déjà enceinte.

Son père est parti refaire sa vie de l’autre côté de la mer. Rien de très folichon, en apparence. Mais Paul n’est pas un garçon comme les autres. Paul voudrait être écrivain. Il passe ses journées à courir le long des canaux, au bord de l’eau, et à remplir son carnet de notes farfelues sur tout ce qu’il voit. Watergang est son histoire, celle de ceux qu’il aime, et de ce village niché au bout du monde.

Ce qu’elle en dit : La grande surprise de ce roman choral c’est que tout le monde a voix au chapitre, certes, mais tout le reste aussi ! Que ce soit la couleur rose des vêtements des copines de Kim qui prend la parole. L’action, en tant que concept, se présente également à nous. Tout comme les déchets, le vent, la brique brune… C’est comme si l’auteur avait donné vie à tout ce qu’on oublie sans y faire attention.

Watergang de Mario Alonso st un premier roman d’une grande douceur teintée d’un humour étonnant et de beaucoup de poésie !

Loading...

Le premier livre coup de poing d’une jeune autrice carolo

Dans ce livre, on suit le parcours de Léonie de la pouponnière à sa vie de jeune femme. Léonie est une orpheline qui adopte, sans même en avoir conscience, un point de vue poétique et décalé sur la vie normale. Elle parvient à trouver une étincelle dans l’abîme du monde fou dans lequel on vit.

Ce qu’elle en dit : Ce qui est assez extraordinaire dans ce livre, c’est que les mots de Léonie changent au fur et à mesure de ce qui lui arrive ou pas. Le vocabulaire évolue, se gorge d’expérience en parallèle avec les différentes expériences de sa vie. Le livre prend forme au fur et à mesure que vous le lisez et c’est juste dingue !

Lire "Vent Debout", c’est accepter que parfois nos vies n’ont pas beaucoup de sens une fois dépouillées de leur consistance matérielle et que même celles et ceux qui n’ont rien, sont riches d’autre chose, d’une lumière, d’un brin de magie, d’une certaine folie…

Loading...

Loin d’être léger dans la forme mais qui l’est dans son titre

À 16 ans, Annabelle mène une vie tranquille avec sa mère et son jeune frère, à Blevin, petite commune belge sans histoires. Un jour cependant, l’adolescente est frappée par une révélation : il faut manger différemment, sans viande, sans gras, sans sucre. Et surtout, manger moins. Beaucoup moins. Se " purifier " de toute cette nourriture néfaste et superflue et ainsi, réparer le monde.
Violette, démunie devant le délire de sa fille, se débat comme elle peut pour détourner Annabelle de son raisonnement fou.

Ce qu’elle en dit : Il y a probablement autant de manifestations que de raisons qui font naître les troubles du comportement alimentaires qu’il n’y a d’individus touchés. Les origines de ces troubles ne cessent de se complexifier avec le temps en fonction de l’évolution des consciences et des sensibilités.

Marie Claes explore ces nouvelles sensibilités en mettant en scène une adolescence qui s’éloigne au début de la nourriture pour des raisons écologiques et politiques.

Une écriture fluide pleine d’ironie sans pour autant sombrer dans le sarcasme non plus.
 

Loading...

Une comédie brillante et grinçante sur une génération en quête de sens

Arnaud a 30 ans. Il est téléopérateur dans un centre d’appels à Barcelone et mène une vie un peu vide. Jusqu’au jour où il se laisse charmer par la voix d’une cliente. Les choses évoluent et cette histoire de "non-amour" va déclencher une avalanche de questionnements existentiels, d’angoisse. Arnaud va rapidement se demander ce qu’il fout là, chercher une idéologie qui corresponde à ses rêves de liberté et questionner le conformisme moderne contemporain.

Ce qu’elle en dit : Peut-on vraiment changer ? Peut-on prendre un autre chemin que celui auquel on croit être destiné ? Ce sont les questions qui se trouvent au centre de cette comédie brillante et grinçante.

 

Loading...

Un duo étonnant entre un inspecteur bourru et une sexagénaire insomniaque

"La fille sur le banc" de Bernadette De Rache (Ed.Weyrich)

Une nuit, une sexagénaire insomniaque regarde par la fenêtre et remarque une jeune femme assise sur un banc devant chez elle coiffée d’un bonnet rouge. Quand elle sort faire son jogging quelques heures plus tard, la sexagénaire trouve la jeune femme morte !

La police arrive, la jeune femme qui a été étranglée, est une jeune artiste en vue et surtout la fille d’un notable de la ville très puissant. De quoi faire les choux gras de la presse et provoquer quelques cheveux blancs aux enquêteurs…

Ce qu’elle en dit : L’intrigue va donner lieu à un étonnant duo entre un inspecteur bourru et une sexagénaire qui a suffisamment vécu pour ne plus vraiment s’émouvoir.

Un page turner de 500 pages qui vous étonnera plus que vous ne le pensiez !

Loading...

Sur le même sujet

Passé, présent, futur… Voyagez avec ces romans !

Sous couverture

Les cinq petits préférés de Gorian Delpâture !

Sous couverture