Culture & Musique

Les collections de la Loterie Nationale sont désormais conservées à la Bibliothèque Royale de Belgique

18 octobre 1934 : premier tirage de la Loterie Coloniale au Cirque Royal.

© www.museedelaloterie.be

En Belgique, parmi les " belles nouvelles " de ce début d’année 2023, il y a le dépôt d’une part importante de la collection historique de la Loterie Nationale à la Bibliothèque Royale de Belgique : quelque 11.000 documents liés à l’histoire et aux activités de l’entreprise sont désormais protégés et consultables au Mont des Arts où ils constituent le Fonds spécial n° 102 (FS CII).

« Némésis » (ou « Grande Fortune »), d’après Albrecht Dürer, 1ère moitié du XVIe siècle.

Pour ses pièces les plus anciennes, cette collection remonte aux années 1500 ! Elle renferme des imprimés concernant les jeux de hasard et les loteries, plus de 1000 estampes et affiches, du milieu du XVIe siècle – un exemplaire de " Némésis ", dite aussi " Grande Fortune ", d’après Albrecht Dürer – jusqu’à aujourd’hui, sans oublier l’ensemble unique au monde de 10.500 billets de loterie, de 1714 à nos jours !

La Loterie Nationale… Bribes d’histoire

18 mai 1934 : premier conseil d'administration de la Loterie Coloniale avec de gauche à droite : MM Schockaert, Detry, Gorlia, Smeers, Kuck, Flaminne et Pétillon.

Créée en 1934, l’institution se nomme originellement " Loterie Coloniale ", son but étant de récolter des fonds pour aider la colonie congolaise. Le premier tirage est fixé au 18 octobre, il s’effectue au Cirque Royal, à Bruxelles, à l’aide de six tambours métalliques.

Par suite de l’indépendance du Congo le 30 juin 1960, de " Coloniale " la loterie devient " Africaine ", mais ce qualificatif, mal ressenti, est supprimé à la fin de l’année 1962 pour adopter l’actuelle appellation de Loterie Nationale. Ses objectifs demeurent sociaux, contribuant au mieux-être en Belgique et ailleurs dans le monde. Lors de catastrophes, naturelles entre autres comme des inondations, des tirages spéciaux sont organisés. Mais la Loterie soutient aussi des projets culturels.

4 février 1978 : affiche du premier tirage du Lotto.

À partir de 1978, le traditionnel tirage de la loterie se voit doubler de celui du Lotto. Quelques années plus tard, ce sera la valse de l’apparition d’une kyrielle de jeux : Presto, Joker, Subito et Cie ! C’est le 19 avril 2002 que la Loterie Nationale devient société anonyme de droit public " chargée d’organiser de manière socialement responsable, fiable et sûre des loteries publiques, paris, concours et jeux de hasard afin de canaliser le désir de jeu, et qui en reverse les bénéfices à la société sous forme de sponsoring et de subsides. "

Amphore athénienne, vers 525-520 av. J.-C. où l’on découvre Achille et Ajax jouant au jeu des cinq lignes.

L’institution est soumise au contrôle direct du gouvernement, par le biais des Ministres des Finances et du Budget. Aujourd’hui établie rue Belliard, à Etterbeek, la Loterie Nationale possède son musée rassemblant de nombreuses pièces liées ou illustrant le jeu à travers l’histoire, dont une amphore datant du VIe siècle avant Jésus-Christ !

KBR, Bibliothèque Royale de Belgique…

Un folio du bréviaire de Marguerite d’York : on y découvre la 3e épouse de Charles le Téméraire n prière devant la collégiale Sainte-Gudule à Bruxelles. Getty Images
Un folio du bréviaire de Marguerite d’York : on y découvre la 3e épouse de Charles le Téméraire n prière devant la collégiale Sainte-Gudule à Bruxelles. Getty Images © Getty Images Fine Art Images

La genèse de cette prestigieuse institution remonte au XVe siècle, lorsque la bibliothèque des Ducs de Bourgogne, initialisée par Philippe le Hardi, est installée par Philippe le Bon au palais du Coudenberg : elle compte alors 950 manuscrits enluminés. Le 12 avril 1559, Philippe II fonde la Bibliothèque royale des Pays-Bas en décidant de compléter le fonds du siècle précédent, avec la totalité des ouvrages qu’il possède.

Le palais du Coudenberg, gravure au burin de Lucas Vorsteman le Jeune, 1659 : la lettre I signale la Domus Isabellae.

La majeure partie de la collection échappera heureusement au terrible incendie du palais en 1731. La bibliothèque est ensuite installée dans la Domus Isabellae, située au pied de l’escalier monumental de l’actuelle rue Baron Horta, côté palais des Beaux-arts, et est ouverte au public dès 1772.

Au cours de leur Révolution, les Français emportent quantité d’ouvrages précieux à Paris… qui reviennent à Bruxelles à la suite du Congrès de Vienne de 1815. Entretemps, ce qui demeure de la Bibliothèque a été déplacé à l’ancienne cour, autrement dit le palais de Charles de Lorraine, aujourd’hui place du Musée.

Les ouvrages contemporains sont pléthore à KBR…

Bien que divisées pendant une trentaine d’années – une partie est devenue " communale " – les collections s’enrichissent et le fonds principal devient Bibliothèque royale de Belgique en 1837. Cinq ans plus tard, elles sont enfin rassemblées et, depuis lors, ne cessent de s’enrichir, notamment par le biais du dépôt légal : tout ouvrage édité en Belgique doit être déposé en deux exemplaires à la Bibliothèque.

Avec l’inauguration de la Bibliothèque royale Albert Ier, en 1969, l’institution possède enfin un écrin digne du prestige de ses collections. Aujourd’hui, elles sont multiples : cartes et plans, documents iconographiques, imprimés anciens, imprimés contemporains, journaux, manuscrits, monnaies et médailles… Même des collections musicales y sont conservées, tel le fonds Marc Danval, créé en 2010, du vivant du célèbre amateur de jazz.

Une vue des kilomètres de rayonnages de KBR…
KBR : une monumentale collection de journaux anciens…
Pour les musicologues ou tout simplement les amateurs, KBR conserve des collections musicales inestimables…
Un coin de la salle de lecture de KBR…

Plus de huit millions de documents sont précieusement conservés, restaurés et valorisés au sein de ce qui est aujourd’hui KBR – Koninklijke Bibliotheek Bibliothèque Royale – certains étant accessibles directement depuis votre ordinateur grâce à belgica, d’autres étant consultables en la salle de lecture de l’institution.

Via belgica, d’innombrables documents sont accessibles, tel le Vieil rentier des sires d’Audenarde, du XIIIe siècle…
Via belgica, d’innombrables documents sont accessibles, tel le Vieil rentier des sires d’Audenarde, du XIIIe siècle… © Gérald Decoster

En outre, depuis 2020, le KBR muséum propose une immersion dans le XVe siècle, à la découverte de la façon dont furent créés les manuscrits de la Bibliothèque de Bourgogne dont 270 ouvrages sont conservés à la KBR et 120 autres dans des collections européennes. De nombreux exemplaires de ces trésors sont visibles dans l’exposition permanente, les ouvrages étant toutefois renouvelés tous les six mois pour des raisons évidentes de conservation.

L’un des espaces du KBR muséum.
Un manuscrit de la Bibliothèque de Bourgogne.

Parmi les 35.000 manuscrits conservés, " Les basses danses ", a été joint à la collection par Marguerite de Bourgogne. L’ouvrage a récemment été exceptionnellement exposé le temps d’un week-end : calligraphié sur parchemin teint en noir, il est l’un des six exemplaires de ce genre de réalisation connus au monde.

Les basses danses, un manuscrit unique au monde…
Les basses danses, un manuscrit unique au monde… © Gérald Decoster

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous