RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Regions Hainaut

Les conseils de Child Focus pour apprendre à son enfant à réagir en cas de tentative d’enlèvement

Les conseils de Child Focus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

10 mai 2022 à 07:05Temps de lecture1 min
Par Florence Dussart

Comment réagir si notre enfant dit avoir été victime d’une tentative d’enlèvement ? Quels conseils donner pour qu’il ait les bons réflexes ? C’est une question que beaucoup de parents se posent. Ce week-end à Blandain, près de Tournai, un drame a peut-être été évité. Un enfant de 10 ans s’est réfugié chez un voisin après, dit-il, avoir échappé à un homme qui lui demandait de monter dans sa voiture en échange de bonbons.

Le voisin, un ancien policier, a pris la voiture en chasse et a pu relever l’immatriculation. L’enquête est en cours et les autorités ne font pas de commentaire pour l’instant. Nous avons contacté Child Focus, pour savoir si ce genre de situation est fréquente. La réponse est : pas du tout. Les enlèvements ou tentatives d’enlèvements d’enfants par des inconnus sont très rares. Un tous les 3 ans dans tout le pays, en moyenne. Et le dernier remonte à 2017 ; l’enfant a été retrouvé.
 

Mais que faire pour armer nos enfants contre ce type de situation ?

Pour Child Focus, il faut encourager l’enfant à faire confiance à son intuition. Sofia Mahjoub est coordinatrice chez Child Focus. Elle explique que les enfants doivent avoir confiance en les adultes, pour pouvoir s’y référer en cas de problème. Et qu’il ne faut donc pas leur instiller notre peur (peut-être liée à l’affaire Dutroux). "On doit lui apprendre à se tourner vers un adulte s’il a un mauvais sentiment dans une situation, ou s’il a des doutes à un certain sujet. C’est important qu’il sache qu’il peut avoir confiance". Mais les parents doivent se rassurer : dans 90% des signalements de tentatives d’enlèvements, il s’agit d’un malentendu.

Reste qu’il faut que l’enfant ose expliquer ce qu’il s’est passé. C’est vrai aussi pour des situations potentiellement dangereuses qu’il pourrait rencontrer via internet. Pour cela, l’association recommande d’apprendre à l’enfant qu’il y a des bons et des mauvais secrets. Les bons faisant référence à une situation positive, les mauvais, à un moment où on se ressent de la peur ou de tristesse.

Ecoutez plus de conseils dans notre interview.

Articles recommandés pour vous