RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Namur

Les conseils pour démarrer un potager bio

Freshly picked box of vegetables on allotment.
04 mai 2021 à 13:15Temps de lecture2 min
Par Laurent CHEPPE/Ann WULF

Notre séquence en collaboration avec l'asbl ECOCONSO. Ann Wulf nous invite  à nous lancer dans le potager  bio 

Quel plaisir et quelle fierté de manger les fruits et légumes qu’on a fait pousser soi-même au jardin ! Avec un potager bio, même modeste, on profite de bons produits sains et savoureux pour pas cher. Au passage, on en découvre plus sur la nature et on gagne en résilience alimentaire.

Pour démarrer un potager bio, pas besoin d’être un pro du jardinage ! "D’abord on va être raisonnable et commencer petit. 10 m2 c’est déjà une belle taille. On choisit un endroit plutôt plat, ensoleillé et un peu protégé du vent" .  

Pour débuter, choisissez des légumes "faciles" 

 

  • betterave, carotte, courgette buissonnante, haricots nains, potiron, radis…
  • légumes qu’on ne doit pas récolter en une fois mais qu’on coupe au fur et à mesure qu’on en mange qu’on cueille feuille par feuille, par exemple la salade à couper, le céleri à jets, chou frisé, bettes, tétragone (ressemble aux épinards, en plus facile à cultiver).

"On peut aussi agrémenter le bord du potager de petits fruitiers (framboisiers, groseilliers…). On n’oublie pas les herbes aromatiques (basilic, menthe, thym…). Et si on n’a pas de jardin, certains de ces légumes se cultivent très bien en pot sur un balcon. Ou on regarde s’il n’y aurait pas un potager collectif près de chez soi" précise Ann Wulf

Semer ? Achetez des plants ?  

" On est début mai donc il est déjà un peu tard pour semer certaines choses comme les tomates. Il est encore temps pour d’autres semis mais il ne faut plus attendre un mois pour les plantes qui mettent longtemps à se développer, comme les courgettes et les potirons. On peut aussi opter pour des plants à repiquer, qu’on choisit alors bio. C’est plus facile si c’est la première fois et qu’on n’a pas envie de se lancer dans les semis. Par contre ça fait un peu grimper le budget. L’avantage c’est qu’on gagne du temps. Comme ça, on prépare le sol maintenant et d’ici peu on pourra y mettre les plants. Juste le temps pour la météo de se réchauffer encore un peu".

Le sol est vraiment super important. "C’est la terre qui va fournir les éléments essentiels à la croissance des plantations. On la prépare en douceur. On évite justement de bêcher comme un malade, on utilise plutôt un outil à dent pour décompacter les mottes et affiner la terre sur les 20 ou 30 premiers cm seulement. Comme ça on ne dérange tous les organismes qui vivent dans le sol. Parce qu’on a besoin d’eux : ce sont d’excellents assistants pour faire un bon potager productif au naturel".

On en profite pour enrichir le sol avec du bon compost. On complète éventuellement avec d’autres engrais naturels en fonction des besoins On peut même en faire certains soi-même à partir des plantes du jardin. Par exemple du purin d’ortie ou de consoude. Économique et zéro déchet !

Ensuite ? On plante   "Et on protège les jeunes plants les plus fragiles. Par exemple on coupe des bouteilles en plastique en 2 et on place le dessus sur les petites salades pour leur faire une cloche protectrice. Et on garde un œil. Ce serait quand même triste de faire un potager maison et d’aller y pulvériser plein de pesticides. On fait un potager bio, plus sain et plus écologique ! Ça suppose une petite surveillance quotidienne pour arroser et pour voir si les feuilles d’une plante commencent à avoir des taches ou si des limaces s’en prennent aux salades. Cela permet d’agir vite, avec des solutions naturelles, avant que ce soit l’hécatombe au potager.

Et ensuite ? On déguste "On récolte d’ici quelques semaines à quelques mois. Et oui, on déguste de bons fruits et légumes maison, sains, savoureux et pas chers ! "

Sur le même sujet

La coopérative du Grand Enclos à Grandvoir dans la commune de Neufchâteau : l’histoire d’une petite ferme familiale au cœur de l’Ardenne.

Luxembourg Matin

En mai, tonte à l'arrêt ! Beauraing rejoint le mouvement en faveur de la biodiversité

Regions Namur

Articles recommandés pour vous