RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Les craintes du secteur de mariage : encore moins d'invités pour la fête

Covid-19: impact potentiel sur le secteur des mariages

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 juil. 2020 à 10:36 - mise à jour 27 juil. 2020 à 10:36Temps de lecture1 min
Par Mathieu Baugniet avec Monika Wachter

Les futurs mariés et le secteur du mariage attendent impatiemment les nouvelles du Conseil national de sécurité. Ils craignent que le nombre de participants à la fête soit encore diminué. Actuellement, on peut inviter maximum 50 personnes.

Pour les traiteurs, la situation est catastrophique

Les mariages représentent environ 15 à 20 pour cent du chiffre d’affaires annuel du secteur des traiteurs. Arnaud Tabery est le porte-parole de l’Union professionnelle des traiteurs. "La situation est catastrophique. On a donc ces 20 pour cent de chiffre d’affaires qui sont complètement perdus. Il faut aussi savoir que le monde de l’événement duquel nous sommes une porte d’entrée est suivi d’un certain nombre d’autres métiers. Des indépendants, des loueurs de matériel, ce sont des faillites maintenant qui commencent à arriver. Ce sont des DJ’s. Ce sont des son et lumière qui sont en crise aujourd’hui".

Gérald Léonard, traiteur et gestionnaire du château-ferme de Profondval à Court-Saint-Etienne, à côté d'Arnaud Tabery, le porte-parole de l'Union professionnelle des traiteurs
Gérald Léonard, traiteur et gestionnaire du château-ferme de Profondval à Court-Saint-Etienne, à côté d'Arnaud Tabery, le porte-parole de l'Union professionnelle des traiteurs RTBF

Gérald Léonard est traiteur et gestionnaire du château ferme de Profondval. "Depuis hier matin, nous avons encore eu cinq demandes de report pour des mariages en octobre et novembre. Une de mes grandes tâches depuis le début du confinement a été de gérer l’aspect psychologique par rapport à ces projets de vie. Tout ça a été très dur à faire accepter auprès des futurs mariés. Il y a l’aspect émotionnel au départ, et puis après avoir eu l’occasion de discuter, de remettre les choses dans leur contexte, on a pu postposer la fête du mariage dans 99 pour cent des cas, sans poser de problème".

Si ce chiffre de 50 participants diminue cela devient impossible

Pour le secteur des traiteurs, une diminution du nombre de participants aux fêtes de mariages deviendrait une situation intenable. "Certains peuvent encore s’en sortir aujourd’hui avec des petits mariages, des petits baptêmes, des petites fêtes personnelles, explique Arnaud Tabery, mais le jour où ce chiffre diminue encore c’est terminé pour cent pour cent des traiteurs".

Articles recommandés pour vous