RTBFPasser au contenu
Rechercher

Critiques d'Hugues Dayez

Les critiques d’Hugues Dayez à Cannes : "Coupez !", le retour en grande forme de Michel Hazanavicius

Michel Hazanavicius à Cannes

Une fois n’est pas coutume, le Festival de Cannes s’est ouvert avec une comédie, "Coupez !", parodie de film de zombie et remake libre d’un film japonais par Michel Hazanavicius. Présenté hors compétition – c’est souvent le cas pour les comédies…

COUPEZ ! de Michel Hazanavicius

La bande-annonce

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le réalisateur des deux premiers "OSS 117" a tout connu au Festival de Cannes. D’abord le paradis avec le film muet "The artist" en 2011, chouchou de la critique américaine, qui valut à Jean Dujardin le prix d’interprétation masculine et l’année suivante, l’Oscar du meilleur acteur (grâce au lobbying intense d’un certain Harvey Weinstein). Ensuite l’enfer en 2014 avec "The search", remake d’un classique de Fred Zinnemann, où Bérénice Béjo incarnait une journaliste plongée dans le conflit en Tchechénie. Un drame pavé de bonnes intentions, tellement laminé par la critique que sa sortie en salles se déroula en catimini. Troisième étape, en 2017, le purgatoire : avec "Le redoutable", où Louis Garrel incarnait le Jean-Luc Godard de Mai 68, évocation un tantinet superficielle de l’icône de la Nouvelle Vague.

Le réalisateur Michel Hazanavicius entouré par son casting, en haut des marches à Cannes, Matilda Anna Ingrid Lutz, Romain Duris, Finnegan Oldfield, et Bérénice Béjo.
Le réalisateur Michel Hazanavicius entouré par son casting, en haut des marches à Cannes, Matilda Anna Ingrid Lutz, Romain Duris, Finnegan Oldfield, et Bérénice Béjo. © Tous droits réservés

Aujourd’hui, Hazanavicius revient sur la Croisette par la grande porte, en ayant les honneurs du gala d’ouverture. On comprend le choix du sélectionneur Thierry Frémaux, car "Coupez !" est une comédie sur le cinéma, sorte de version potache made in 2022 d’un genre très spécifique – la chronique d’un tournage – , genre marqué par des chefs-d’œuvre comme le mythique "La nuit américaine" de Truffaut.

Coupez !

L'affiche de "Coupez!" le film de Michel Hazanavicius en ouverture du festival de Cannes

Soit l’histoire de Rémi (Romain Duris), réalisateur malchanceux qui se voit confier une commande par des investisseurs japonais : mettre en scène, en un seul plan-séquence, un film de zombie de 30 minutes qui sera diffusé en direct sur une plateforme de streaming. "Coupez !" démarre par la vision dudit moyen-métrage, truffé de défauts et de longueurs… Ensuite, l’action nous transporte en flashback dans la préproduction et le "making of" de ce film improbable. C’est alors que le film monte en puissance, et devient de plus en plus désopilant. Duris – pas toujours convaincant dans le registre de la comédie – est ici bien à sa place, très joliment entouré par Bérénice Béjo et Grégory Gadebois. Hazanavicius ne cache pas son admiration pour l’inventivité du film original japonais, et réussit avec ce remake très personnel une comédie qui tranche salutairement avec les habituelles grosses "komédies" françaises.

la séquence de Matin Première

Echo de Cannes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Lukas Dhont, les frères Dardenne et Felix Van Groeningen primés au Festival de Cannes

Festival de Cannes

Les critiques d’Hugues Dayez à Cannes : "Boy from Heaven", passionnante immersion au Caire, et "Frère et sœur", caricature du cinéma d’auteur made in France

Critiques d'Hugues Dayez

Articles recommandés pour vous