RTBFPasser au contenu

Festival de Cannes

Les critiques d’Hugues Dayez à Cannes : "Holy spider", un polar iranien aux accents féministes

Le réalisateur Ali Abbasi et l’actrice Zar Amir-Ebrahimi à la projection de "Holy Spider" à Cannes

Comme de coutume, deux films projetés en compétition hier soir : le premier avec un vrai propos, "Holy Spider", le second totalement anecdotique, "Les Amandiers".

Holy Spider

Le réalisateur Ali Abbasi et le casting du film "Holy Spider"
Le réalisateur Ali Abbasi et le casting du film "Holy Spider" © Tous droits réservés
L'affiche de "Holy Spider"

Ali Abassi, cinéaste iranien émigré au Danemark, s’est inspiré de faits réels survenus dans son pays d’origine au début des années 2000 pour écrire le scénario de "Holy Spider" (littéralement, sainte araignée). Le film raconte comment Rahimi, une journaliste de Téhéran, débarque dans la ville sainte de Mashhad pour enquêter sur un serial killer qui, après un nombre consistant de meurtres, n’a toujours pas été identifié par la police. Comme toutes les victimes du tueur sont des prostituées, les autorités ne mettent pas un zèle excessif à boucler l’enquête, car dans cette ville dirigée par les sommités religieuses, ces femmes de mauvaise vie ne méritent pas qu’on s’y intéresse.

Dès le début du film, Ali Abassi révèle au spectateur l’identité du tueur car ce qui l’intéresse, c’est combien l’investigation de la journaliste est semée d’embûches. Primo, parce que c’est une femme dans un monde régi par des hommes ; secundo, parce qu’elle est incroyante dans une société dominée par le pouvoir des ayatollahs. C’est évidemment cet aspect sociologique qui est le plus intéressant, et qui fait tout le prix de "Holy Spider", qui pourrait assez logiquement se retrouver au palmarès du festival.

 

Loading...

Les Amandiers

"Les Amandiers" : le producteur, Patrick Sobelman, l’actrice Noham Edje, l’acteur Sofiane Bennacer, l’actrice Clara Bretheau, la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi, l’acteur Louis Garrel et l’actrice Nadia Tereszkiewicz
"Les Amandiers" : le producteur, Patrick Sobelman, l’actrice Noham Edje, l’acteur Sofiane Bennacer, l’actrice Clara Bretheau, la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi, l’acteur Louis Garrel et l’actrice Nadia Tereszkiewicz © Tous droits réservés
L'affiche de "Les Amandiers"

Pour tous les amoureux de théâtre, l’émergence du théâtre des Amandiers à Nanterre dans les années 80, sous la houlette de Patrice Chéreau et de Pierre Romans, a fait l’effet d’une véritable révolution. Valéria Bruni-Tedeschi a fait partie des jeunes élèves du théâtre, aux côtés de Vincent Perez, Marianne Denicourt, Agnès Jaoui… Réalisatrice occasionnelle, l’actrice franco-italienne a eu envie de revenir derrière la caméra pour raconter cette expérience inoubliable.

Le film est un mélange de fiction et de réalité. Fiction, parce que tous les noms des élèves ont été changés : Valéria devient Stella, et c’est la jeune Nadia Tereszkiewicz (vue dans "10 pour cent" et "Seules les bêtes") qui incarne la version romancée de l’actrice, déjà fiévreuse et passionnée, qui va vivre une histoire d’amour brève et intense avec un jeune acteur junkie…

Par contre, Bruni-Tedeschi a tenu à conserver le personnage de Patrice Chéreau, rôle qu’elle a confié à Louis Garrel. Pour avoir rencontré Chéreau à plusieurs reprises, je peux témoigner : Garrel n’évoque en rien le grand homme de théâtre français, et en livre une version sommaire, sorte de despote génial et instable. En réalité, l’énorme problème du film, c’est qu’il est très probablement sincère, mais totalement inutile. L’aventure du théâtre des Amandiers est résumée à quelques clichés : des étudiants survoltés, des histoires d’amour éphémères, le spectre du Sida, la fascination que Chéreau exerce sur ses disciples. Avec le temps, Valéria Bruni-Tedeschi pensait sans doute avoir le recul nécessaire pour évoquer ce chapitre de sa vie… Eh bien, non : "Les Amandiers" reste un album de photos qu’on feuillette en famille. Mais le spectateur ne fait pas partie de cette famille.

 

Loading...

Sur le même sujet

29 mai 2022 à 08:45
2 min
28 mai 2022 à 19:59
1 min

Articles recommandés pour vous