Les "Dix Petits Nègres" d'Agatha Christie deviennent "Ils étaient dix"

Les "Dix Petits Nègres" d'Agatha Christie deviennent "Ils étaient dix"

© Clemcal

26 août 2020 à 12:57 - mise à jour 26 août 2020 à 12:57Temps de lecture2 min
Par Alisson Delpierre

C'est sans doute l'un des plus célèbres romans policiers d'Agatha Christie... Les "Dix Petits Nègres" ne seront plus. Une nouvelle version paraîtra sous le nom "Ils étaient dix". Un texte revu et corrigé qui bannit le mot "nègre" utilisé environ 70 fois dans la traduction originelle datant des années 40. L'histoire est la suivante. Dix personnes venant des quatre coins de l'Angleterre sont invitées pour les vacances sur l'île du nègre. Les crimes, plus mystérieux les uns que les autres, vont alors se succéder.

Aujourd’hui, le changement de nom s’imposait selon l'arrière-petit-fils de la romancière qui s'est confié auprès de nos confrères de RTL France. "Mon avis, c'est qu'Agatha Christie était avant tout là pour divertir et elle n’aurait pas aimé l’idée que quelqu’un soit blessé par une de ses tournures de phrases... Aujourd’hui heureusement, nous pouvons y remédier sans le trahir tout en étant acceptable pour chacun... Ça a du sens pour moi : je ne voudrais pas d’un titre qui détourne l’attention de son travail... Si une seule personne ressentait cela, ce serait déjà trop ! Nous ne devons plus utiliser des termes qui risquent de blesser : voilà le comportement à adopter en 2020..."


►►► A lire aussi: Mort de George Floyd : le racisme dans le dictionnaire, "Autant en emporte le vent" remis en contexte… La culture suit le mouvement


La version française semble être la dernière à avoir conserver la traduction qui remonte aux années 40. Mais, au-delà du titre, c’est tout le texte qui a été soumis à révision. "L’île du nègre" devient donc par exemple "l’île du soldat". Ce livre policier, c’est l’un des plus vendus de l’histoire. Au niveau mondial, plus de 100 millions d’exemplaires ont déjà été écoulés.

Pas le seul cas

En juin dernier, un autre roman a été expurgé du mot "nègre" dans sa retraduction française chez Gallmeister. Un terme employé régulièrement dans "Autant en emporte le vent" de Margaret Mitchell. Un livre publié en 1936 et détenteur d’un prix Pulitzer. L’histoire est celle d’une riche héritière dont la famille possède une ferme dans le Sud des Etats-Unis et qui tombe amoureuse du séducteur Rhett Butler. Mais, en toile de fond, c’est une plongée dans une Amérique divisée autour de la question de l’esclavagisme en pleine guerre de Sécession.

Ces nouvelles versions divisent le monde littéraire et les historiens. Si certains plaident pour retirer ces mots qui peuvent blesser et qui sont inappropriés, d’autres pensent que cela revient à faire table rase du passé. Jugeant que les générations futures qui liront les versions "édulcorées" n’auront plus conscience que le racisme a existé à ce point.

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.