RTBFPasser au contenu

Les écoles d'enseignement spécialisé inquiètes pour l'avenir des élèves en projets d'intégration

Les écoles d'enseignement spécialisé inquiètes pour l'avenir des projets d'intégration
08 sept. 2020 à 15:051 min
Par Belga

Les écoles d'enseignement spécialisé s'inquiètent pour l'avenir des élèves en projets d'intégration, peut-on lire dans une lettre de l'association des directeurs de l'enseignement spécialisé fondamental catholique subventionné (ADESP) envoyée lundi à la ministre francophone de l'Education Caroline Désir.

L'ADESP fait notamment référence à une circulaire en date du 19 août 2020 qui prévoit la suppression des intégrations temporaires totales, soit le fait de suivre la totalité des cours dans l'enseignement ordinaire pendant une ou des périodes déterminées d'une année scolaire. Elle a pour conséquence que les élèves en difficultés devront intégrer l'enseignement spécialisé pour le 15 janvier au plus tard afin de pouvoir bénéficier d'un projet d'intégration permanente totale.

"Nous avons déjà connu cette situation il y a 30 ans et vos prédécesseurs se sont battus pour améliorer le dispositif avec succès. En le remettant en place, c'est une pénible régression que nous vivons", déclare l'ADESP.

"Qu'adviendra-t-il des élèves qui viennent de démarrer un projet d'intégration ? Seront-ils suivis toute leur scolarité ?", questionne-t-elle.

L'association demande urgemment à rencontrer la ministre afin d'être rassurée par rapport aux mesures annoncées dans la circulaire et à la mise en place des PARI (pôles d'aménagements raisonnables et intégrations) en septembre 2021.

"Nous sommes fatigués d'improviser, nous avons besoin de nous projeter et de comprendre la finalité des projets à venir", ajoute-t-elle en déplorant le manque de communication du ministère.

A ce jour, l'ADESP n'a pas encore eu de réponse de la ministre.

Articles recommandés pour vous