Les effets du confinement sur l'apprentissage des enfants: visite dans l'école Saint-Joseph de Thieu

Illustration

© pxhere

13 oct. 2020 à 13:11 - mise à jour 13 oct. 2020 à 13:11Temps de lecture1 min
Par Vincent Clérin avec Arnaud Montero

Quelle est la situation dans les écoles un mois et demi après la rentrée scolaire?   Sur le plan de l'apprentissage, après le confinement, l'inquiétude de beaucoup de professeurs était de trouver des différences flagrantes entre les enfants.

Une crainte qui s'était vérifiée surtout chez les tout-petits où certains enfants de trois ans s'exprimaient comme des bébés parce qu’ils avaient été privés de stimulations durant le confinement.

"En fait, les petites phrases n'étaient plus compréhensibles, confie Sarah Boccadifuoco, la directrice de l'école paroissiale Saint-Joseph à Thieu, près de La Louvière "ou bien alors certains étaient en démarrage de langage et le langage n’a pas démarré donc on ne les comprend pas bien, certains ont encore un langage bébé".

Une logopède à la rescousse

"Heureusement, nous avons la chance de bénéficier de l’aide de la logopède du PMS", poursuit la directrice, "elle vient deux fois par semaine et prend en charge les enfants qui ont des difficultés à s’exprimer".  

"Son rôle, c’est d’enrichir le vocabulaire, de mettre les enfants dans un bain de langage et de les faire réfléchir et anticiper", explique Catherine Rigaux, logopède au Centre PMS libre de Soignies.    "On constate déjà une différence entre les enfants en fonction de la stimulation à laquelle ils sont habituellement confrontés en famille", poursuit  Catherine Rigaux, "mais ici, après la longue période durant laquelle ils sont restés à la maison, ces différences entre les enfants sont encore plus marquées".

"Après un mois, les enfants commencent seulement à rentrer dans un rythme scolaire, constate madame Jocelyne qui s’occupe d’une classe de 3ème maternelle, "après la situation que nous avons vécue, les parents se rendent d’autant plus compte de l’importance du rôle de l’école".

"Certains petits ne savaient pas mettre leur manteau, poursuit la directrice, et d’autres petites choses, apparemment très simples, n’étaient pas présentes, cela commence seulement à se remettre en place ".

 

 

 

Articles recommandés pour vous