Famille

Les enterrements de vie de jeune fille ont plus de succès que jamais cette année !

Les enterrements de vie de jeune fille ont plus de succès que jamais cette année !
17 mai 2022 à 12:30Temps de lecture1 min
Par RTBF avec AFP

Rattraper le temps perdu ! Tel est le leitmotiv de nombre de voyageurs après la crise sanitaire. Les enterrements de vie de jeune fille ou de garçon constituent logiquement des opportunités qu’on ne veut pas rater, au point d’accepter d’y consacrer plusieurs jours de congé.

Deux ans de pandémie ont décuplé l'envie de faire la fête

Faire la fête à tout prix ! En ce début de saison des mariages, l’organisation des enterrements de vie de jeune fille/garçon bat son plein. Des occasions souvent liées désormais avec la planification d’un séjour en Belgique ou à l’étranger. C’est pourquoi la plateforme de réservation en ligne Hotels.com s’est intéressée au sujet pour vérifier si les intéressés étaient toujours motivés à l’idée de passer du temps avec leurs amis pour cette occasion spéciale.

35% des participants sont disposés à consacrer jusqu’à deux jours de congé pour ne pas rater cette opportunité de s'amuser.

Selon le site de réservation, il s’agit là d’un phénomène nouveau : les participants n’étaient pas prêts à un tel sacrifice avant la crise sanitaire. 51% des personnes interrogées et concernées n’avaient pas pris de jour pour assister à ce genre d’événements avant la pandémie.

Prêts à se faire porter pâles et à ouvrir leur portefeuille !

40% des jeunes de 18 à 34 ans avouent même avoir déjà simulé une maladie pour ne pas aller au travail et être aux côtés de leurs amis.

Les efforts sont également financiers. 59% des participants consacrent en moyenne 150 euros alors qu’ils n’étaient que 47% à accepter de dépenser cette somme il y a dix ans. Les femmes sont particulièrement motivées pour mettre les petits plats dans les grands : 66% sont prêtes à dépenser davantage que ce qui était prévu au départ contre 34% pour les hommes. Pour autant, si ces messieurs ne sont pas trop dépensiers, ils veulent tout de même y consacrer le budget dédié à l'achat de boissons

 

Cette étude a été réalisée du 7 au 14 avril 2022 auprès d’un échantillon de 1000 adultes français ayant participé à un enterrement de vie de garçon ou de jeune fille au cours des 10 dernières années ou devant y participer au cours des 12 prochains mois.

Sur le même sujet

Le rush sur les mariages est tel qu'il faut se marier en semaine

On n'est pas des pigeons

La liste de mariage peut aussi être solidaire !

Initiatives locales

Articles recommandés pour vous