Regions Hainaut

Les étudiants de l’UMons au chevet du moulin de Blaton : "Il pourrait produire 60 kilos de farine par heure"

Près de deux cents ans après sa création, le moulin de Blaton pourrait retrouver ses ailes.

© P.W. – RTBF

C’est un moulin en ruine. Un moulin sans ailes. Et son propriétaire, la commune de Bernissart, voudrait lui donner une nouvelle vie. Alors, pour penser plus large, la commune a fait appel aux jeunes. Une trentaine d’étudiants de plusieurs facultés de l’UMons se sont penchés sur le moulin de Blaton.

La mission de ces étudiants en architecture, en génie mécanique ou électrique et en gestion était d’analyser son état, son potentiel électrique ainsi que l’intérêt des citoyens pour un projet vert et local. "Le moulin est fragilisé par endroits, mais malgré tout, il pourrait supporter la pose d’un toit tournant de quinze tonnes", explique Valéry Dulieu, étudiant en architecture.

Production électrique limitée

La force du vent pourrait être transformée en électricité, comme le souhaite la commune. Un groupe d’étudiants s’est donc penché sur l’aspect énergétique. "La puissance de ce moulin serait de 15 kilowatts. On est loin des éoliennes à trois pales qui font plusieurs mégawatts", précise Olivier Deblecker, professeur de génie électrique à l’UMons.
 

Une partie des participants au projet "moulin de Blaton".
Le moulin a subi des dommages depuis son abandon, mais reste solide.
Des posters pour présenter les travaux des étudiants.

Tout de même, cela permettrait de produire de 60 à 70 kilos de farine par heure, huit heures par jour, ont calculé les étudiants en mécanique, dont Martin Van Hee : "La nuit, on pourrait stocker l’électricité produite dans une batterie qui servirait en appoint en journée." Un raccord au réseau électrique est envisagé pour pouvoir travailler les journées peu venteuses ainsi que pour y réinjecter les éventuels surplus de production.

Un emblème pour le territoire

Ce projet intéresse plus de 80% des habitants, commerçants et agriculteurs interrogés par la JEWaC’s, la junior entreprise de la faculté Warocqué d’économie et gestion de l’UMons. Le travail continue désormais avec une nouvelle génération d’étudiants, pour la deuxième année académique consécutive, pendant que la commune de Bernissart tente de trouver des subsides pour tenter de concrétiser ce projet.

Pour Éric Evrard, agent de développement à la Fondation rurale de Wallonie, les moulins pourraient devenir des symboles du territoire : "De nombreux moulins sont encore à l’abandon. Ils sont sur des sites venteux et on peut donc les restaurer en développant certains aspects. Ici, la production d’énergie et de farine. Ailleurs, un belvédère ou encore un lieu de découverte du génie mécanique employé à l’époque !"

Écoutez le reportage audio consacré au moulin de Blaton :

L'avenir du moulin de Blaton (reportage audio)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous