QR

« Les femmes enceintes doivent se faire vacciner », assure Michel Moutschen

Michel Moutschen, chef du service d’infectiologie au CHU de Liège, réagit aux craintes des femmes enceintes.

© RTBF

02 déc. 2021 à 00:44Temps de lecture2 min
Par Maud Wilquin

Différents experts ont réagi ce mercredi dans "QR le débat" aux questions et appréhensions des téléspectateurs au sujet de la vaccination contre le coronavirus. Parmi celles-ci, la crainte des femmes enceintes ou en essai bébé d’être victime d’effets secondaires après l’injection du fameux liquide.

"Les femmes enceintes doivent se faire vacciner", déclare Michel Moutschen, chef du service d’infectiologie au CHU de Liège. "La grossesse est associée à un état d’immunosuppression lié à la tolérance faite au placentaire. Cet état les rend plus susceptibles aux formes graves et les enfants dont la maman a fait un Covid pendant la grossesse peuvent avoir toute une série de conséquences à la naissance dont un retard de croissance. Le vaccin contre le coronavirus ne sera en aucun cas tératogène, tout cela a été étudié."

Michel Moutschen : "Les femmes enceintes doivent se faire vacciner"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Même topo pour les femmes qui tentent de devenir mères : "Aucun argument scientifique ne permet de suggérer que la vaccination induit des problèmes de fertilité", assure Sophie Lucas, immunologiste et présidente de l’Institut de Duve de l’UCLouvain, qui ne s’inquiète pas non plus d’une éventuelle perturbation du cycle menstruel après l’administration d’une dose de vaccin : "Les raisons pour lesquelles on peut avoir des cycles menstruels modifiés sont multiples."

Sophie Lucas : "Aucun argument scientifique ne suggère que la vaccination induise des problèmes de fertilité"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Les effets secondaires sont rares"

"Il y a des effets secondaires, nous ne les cachons pas", affirme Pierre Van Damme, vaccinologue et professeur à l’Université d’Anvers. "Mais ils sont rares. Quand on en voit, je pense à une myocardite, c’est souvent endéans une à quatre semaines après la vaccination", ajoute-t-il avant de rassurer sur l’apparition éventuelle d’effets indésirables sur le long terme : "Je ne connais pas, avec les vaccins qui sont sur le marché (hépatite B, polio, diphtérie), d’effets graves à long terme, soit 10 à 20 ans. Le procédé pour fabriquer le vaccin contre le coronavirus est comparable avec les méthodes très modernes. Nous sommes donc rassurés puisque si nous voyons quelque chose, ce sera endéans les deux ou trois mois. Et si c’est une réaction anaphylactique, donc une réaction du système allergique, ce sera immédiat et nous pourrons la traiter immédiatement aussi."

Pierre Van Damme : "Il y a des effets secondaires du vaccin covid à court terme, mais ils sont rares"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Jean-Michel Dogné, directeur du département pharmacie de l’UNamur, précise également que le taux d’incidence de base des maladies (myocardites, thromboses) est étudié à la fois dans la population non-vaccinée et dans la population vaccinée. La plupart du temps, les experts ne verraient pas de différence significative.

Jean-Michel Dogné : "Nous comparons la récurrence des effets secondaires des vaccinés à la population non-vaccinée"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Vaccination en Wallonie: toutes les personnes "éligibles" à la dose de rappel peuvent désormais s'inscrire sur Qvax

Belgique

Coronavirus : comment recevoir son CST après la troisième dose ?

Articles recommandés pour vous