Santé physique

Les femmes qui font la chasse aux poils pubiens s'exposent davantage aux infections vaginales

Les femmes qui font la chasse aux poils pubiens s'exposent davantage aux infections vaginales.

© PeopleImages - Getty Images/iStockphoto

19 janv. 2020 à 13:00Temps de lecture1 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Un récent sondage sur les femmes et l'épilation dévoile que si les mœurs sont peu à peu en train de changer, trois femmes sur quatre s'épilent régulièrement le maillot, majoritairement pour des raisons de confort. Toutefois, ce geste n'est pas sans conséquence sur la santé de la flore vaginale.

Parmi celles qui recourent à l'épilation du maillot totale ou partielle, 65% déclarent le faire avant tout pour leur propre confort (65%), par hygiène (56%) ou encore pour des raisons esthétiques (41%).

Un déséquilibre de la flore vaginale

S'épiler ou accepter les poils dont la nature nous a dotées? Une question que se posent de plus en plus de femmes. En partie parce qu'elles souhaitent se sentir libres d'entretenir leur corps comme elle l'entendent, sans nécessairement se plier aux injonctions de beauté.

Mais également pour des raisons de santé. En effet, les poils, et notamment ceux du pubis, ne sont pas là uniquement pour tenir chaud: ils forment également une barrière protectrice pour la flore vaginale.

Par conséquent, un pubis rasé de près ou un maillot épilé intégralement augmentent les risques d'infection ou de mycoses vaginales. 

Près d'un gynécologue sur deux constate d'ailleurs une augmentation des symptômes et des pathologies liés à l'épilation intégrale ou semi-intégrale.

Quelques précautions simples

Vaginose, poil incarné, mycose, démangeaisons... L'éventail des infections liées au déséquilibre de la flore vaginale est large. Pourtant, 60% des femmes qui les subissent après s'être épilées n'osent pas en parler. Cette gêne explique sans doute pourquoi une femme sur trois n'a pas trouvé de solution à ce type de désagrément. 

Pour éviter les irritations ou infections, il est conseillé de ne pas se laver la zone intérieure du vagin trop fréquemment et de le faire avec un savon doux, sans gant de toilette.

Veiller à ne pas porter des jeans trop serrés, privilégier les matières en coton pour les sous-vêtements et ne pas porter de culotte la nuit aidera également à préserver l'équilibre de la flore vaginale.

Sur le même sujet

Le Tok beauté de la semaine : l’épilation au sucre

Beauté

La pilosité pubienne, symbole d'un renoncement aux diktats ?

Beauté

Articles recommandés pour vous