Mode

Les fibres durables, tout sauf une réalité dans l'industrie de la mode

Les fibres durables, tout sauf une réalité dans l'industrie de la mode.

© Witthaya Prasongsin

11 oct. 2022 à 14:30Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Impossible de passer à côté d'une collection de mode qui n'a pas été confectionnée à partir de fibres biologiques ou recyclées, au point de donner l'impression que ces alternatives aux fibres conventionnelles - bien moins responsables - sont devenues la norme dans l'industrie. C'est pourtant loin d'être le cas, comme le montre le dernier rapport de l'organisation à but non lucratif Textile Exchange.

Des matériaux plus responsables ont fait leur apparition

La mode compte aujourd'hui parmi les nombreuses industries qui multiplient les efforts pour réduire leur empreinte environnementale. Cela passe par de nouvelles pratiques, comme la seconde main ou l'upcycling mais aussi par le recours à de nouvelles matières plus durables et responsables. On ne les compte d'ailleurs plus, des fibres créées à partir de plastique recyclé au désormais célèbre tissu innovant conçu à partir de mycélium en passant par ces fibres textiles produites à partir de byssus de moules.

Des initiatives qui témoignent de la volonté de certains acteurs de se réinventer pour tendre vers une mode plus durable mais qui, contrairement à ce que pourrait laisser penser la profusion de ces collections, ne sont pas suffisantes pour contribuer à limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius.

C'est le constat que l'on peut retenir du dernier rapport annuel de l'organisation Textile Exchange, qui accompagne les marques souhaitant se tourner vers des matières à faible impact environnemental.

La production globale de fibres atteint des niveaux records

Avant même d'évoquer ces fibres plus responsables, l'analyse révèle que la production mondiale de fibres a une nouvelle fois augmenté pour embrasser un nouveau record de 113 millions de tonnes en 2021. Et ce n'est pas fini puisque sans changement important, elle devrait atteindre 149 millions de tonnes en 2030.

En deux décennies, la production mondiale de fibres a quasiment doublé, passant de 58 millions de tonnes en 2000 à 113 millions en 2021.

Une nouvelle peu réjouissante pour l'industrie de la mode, qui pourrait voir s'envoler certains de ses objectifs climatiques.

Face à ce constat, l'organisation alerte sur la nécessité de limiter cette croissance tout en accélérant la transition vers des fibres et matériaux moins nocifs pour l'environnement et en misant sur l'innovation pour atteindre ces objectifs climatiques. Sans cela, "il est peu probable que l'industrie maintienne la trajectoire des 1,5 degré Celsius", peut-on lire dans ce rapport intitulé "Preferred Fiber & Materials Market".

Moins de 10% de fibres recyclées

Autre constat, et non des moindres, alors que les volumes globaux de fibres ne cessent d'augmenter d'année en année, la part des fibres plus responsables a, elle, tendance à stagner. Un constat qui prouve que la multiplication des collections conçues à partir de ces fibres durables et moins impactantes pour la planète est (très) loin de faire le poids avec celles confectionnées à partir de fibres dites conventionnelles.

A titre d'exemple, le rapport révèle que la part des fibres recyclées n'a que légèrement augmenté en une année, passant de 8,4% en 2020 à 8,9% en 2021. Une hausse qui s'expliquerait essentiellement par "l'augmentation de la part des fibres de polyester conçues à partir de bouteilles en plastique".

De même, les fibres créées à partir de textiles recyclés représentent moins de 1% du marché mondial.

Notons qu'en parallèle, la production de fibres synthétiques d'origine fossile n'a elle pas cessé d'augmenter, passant de 60 millions de tonnes en 2020 à 63 millions de tonnes en 2021.

Comment inverser la tendance ?

Un constat alarmant malgré les efforts des acteurs de l'industrie de la mode, qui n'ont jamais eu autant recours à des fibres durables. Textile Exchange encourage donc les marques à se tourner en priorité vers des matériaux et fibres issus d'exploitations biologiques, équitables ou régénérative, mais aussi à investir et à collaborer autour de nouveaux matériaux innovants.

"Bien que ces scénarios puissent aider l'industrie à réfléchir aux potentiels trajectoires et impacts futurs, l'avenir peut - et doit - être influencé. Nous devons faire partie de la solution pour créer une planète habitable. (…) Une accélération significative en termes d'action climatique est nécessaire pour rester dans la trajectoire de 1,5 degré Celsius. Tout le monde doit et peut faire partie de la solution", conclut le rapport.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous