Regions Liège

Les finances difficiles de Spa sauvées par 910.000 euros d’astreintes imposées par la justice à Fedasil?

A Spa, le centre Sol Cress peut à nouveau accueillir jusqu’à 415 réfugiés.

© RTBF - Philippe Collette

24 févr. 2022 à 15:55Temps de lecture3 min
Par Philippe Collette

Le Conseil communal de Spa se réunit ce jeudi soir. Il approuvera de nouveaux douzièmes provisoires pour assurer les dépenses courantes dans l’attente de l’approbation du budget 2022 par la tutelle régionale wallonne. Le budget avait été voté fin janvier, mais dans la douleur, car les finances spadoises sont loin d’être au beau fixe. Mais le dossier des réfugiés à Sol Cress sous l’égide de Fedasil pourrait bien régler tous les problèmes !

Sol Cress peut à nouveau accueillir jusqu’à 415 réfugiés

En soi, le déficit budgétaire à l’exercice propre de 28.000 euros n’a rien de dramatique, sauf que c’est la deuxième année d’affilée que cela se produit. A l’Hôtel de Ville de Spa, certains n’hésitent désormais pas à parler de déficit "structurel" qui pourrait inciter à prendre de désagréables décisions dans un futur plus ou moins proche.

Les craintes de dérapage concernent des recettes budgétisées à hauteur de 190.000 euros liées aux astreintes que Fedasil doit à Spa. On se souvient que l’agence fédérale avait été condamnée en référé à une astreinte de 10.000 euros par jour pour non-respect de l’arrêté de la Bourgmestre du 26 octobre 2021 qui limitait le nombre de réfugiés à Sol Cress à 200.

J'ai décidé de lever l'arrêté limitant le nombre de réfugiés à 200

Ce jeudi, on apprenait cependant de la bouche de la Bourgmestre Sophie Delettre (MR) que le dossier avait pris une nouvelle orientation : "J’ai décidé de lever l’arrêté du 26 octobre limitant le nombre de réfugiés à 200, explique-t-elle. "En effet, j’ai validé ce que nous attendions depuis longtemps, en l’occurrence le plan interne d’urgence rédigé par l’utilisateur (ndlr : Fedasil via la société Svasta) qui doit être également présenté à la zone de secours. Nous avons reçu ce plan le 18 février et il est valable."

L’arrêté du 26 octobre n’est donc plus en vigueur et c’est donc le premier arrêté pris le 1er octobre 2021 qui est d’application et qui autorise l’accueil de 415 réfugiés. On en dénombre d’ailleurs 397 actuellement. Un arrêté qui impose aussi la présence de deux vigiles au funiculaire amenant aux Thermes et 4 à l’intérieur du Centre suite à plusieurs incidents.

91 jours d’astreinte : la Ville a entamé la procédure de récupération

Si Fedasil est donc aujourd’hui en conformité avec l’arrêté, ce ne fut cependant pas le cas… pendant 91 jours. Et vu l’ordonnance en référé, c’est donc 910.000 d’astreintes que Fedasil doit en théorie verser à la Ville de Spa : "L’astreinte était due depuis le 18 novembre", poursuit Sophie Delettre, "car Fedasil n’est jamais descendu à 200 réfugiés malgré mon arrêté, donc les astreintes de 10.000 euros par jour sont dues entre le 18 novembre et le 17 février."

A ce jour, Fedasil n’a pas versé un euro et les jours passent. La procédure de récupération par huissier a donc été entamée par la Ville. Si Fedasil, qui n’a pas encore réagi aux menaces du huissier, venait à verser cette importante somme, ce serait d’une part une fameuse piqûre pour l’État fédéral mais de l’autre, un fameux soulagement pour le budget étriqué de Spa, "même si là n’était pas le but", précise la Bourgmestre.

La nouvelle piscine : un gouffre financier en devenir

La piscine de Spa ne fonctionnera pas durant l’été faute de budget. Le nouveau complexe n'est pas attendu avant 2023.
La piscine de Spa ne fonctionnera pas durant l’été faute de budget. Le nouveau complexe n'est pas attendu avant 2023. Liège Tourisme

Au rayon des finances communales toujours, un fameux hérisson se promène dans le jardin du Collège : la construction de la nouvelle piscine, gérée par la Régie communale autonome. Un dossier qui pourrait se transformer en gouffre financier. Le chantier aurait été fortement sous-évalué mais les subsides sont acquis sur base de l’estimation initiale et donc sont immuables.

La RCA, et par ricochet la Ville, devrait, selon nos informations, éponger un manque à gagner de 2.700.000 euros. Par ailleurs, l’actuel bassin extérieur, abîmé par les inondations, devait être réparé pour l’été en ce compris sur le plan énergétique mais, faute de budget, ce ne sera pas le cas. Et le bassin intérieur est fermé.

Spa, Ville d’Eaux certes, mais ce sera sans piscine au moins jusque 2023. A moins que Fedasil…

Articles recommandés pour vous