RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pollution

Les fjords, sources de grandes quantités de méthane

Les Fjords, sources de grandes quantités de méthane.
01 juin 2022 à 15:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Les fjords libèrent d'importantes quantités de méthane. Selon une récente étude suédoise, les émissions de méthane à la surface des fjords seraient équivalentes à celles des océans profonds. Un phénomène qui serait lié au brassage des eaux des rivières qui se jettent dans ces vallées vertigineuses.

Les fjords rejettent autant de méthane que les océans profonds

Souvent associé à l'élevage du bétail ou aux déchets organiques, le méthane se cache également dans l'un des plus impressionnants joyaux naturels au monde : les fjords. Si les plus époustouflants d'entre eux se situent principalement en Norvège, on en trouve également en Suède, en Islande, au Groenland ou encore au Canada. 

Et certains d'entre eux relâcheraient de puissantes émissions de méthane, deuxième gaz à effet de serre le plus puissant après le dioxyde de carbone, comme l'a confirmé le premier volet du sixième rapport du Giec publié en août 2021. D'après une étude de l'université de Göteborg en Suède, publiée dans Limnology and Oceanography Letters, les émissions de méthane à la surface des fjords seraient équivalentes à celles des océans profonds. Or les fjords représenteraient environ 0,13% des mers du monde quand les océans profonds en couvriraient 84%.

Ce serait notamment le cas du "Byfjorden", situé en Norvège, au nord-ouest de Bergen. Une équipe de chercheurs a en effet réalisé une étude de terrain sur une période comprise entre 2009 et 2021, afin de mesurer les émissions de méthane dans ce fjord.

Le brassage des eaux de rivières accentue le phénomène

"Cela s'explique par le fait que la distance entre le fond et la surface d'un fjord est beaucoup plus courte que dans les océans profonds. Dans les fjords, des sédiments riches en carbone sont déposés par les plantes et les animaux marins, ainsi que par des matériaux provenant de la terre environnante et pénétrant dans les fjords par l'intermédiaire des cours d'eau qui s'y jettent. Les fjords étant relativement protégés des courants océaniques, l'eau a tendance à rester stratifiée en couches à différentes températures et avec différentes concentrations de sel et d'oxygène", explique Stefano Bonaglia, co-auteur de l'étude.

"La matière organique se dépose donc davantage dans les sédiments et le méthane n'a pas le temps de se décomposer en remontant vers la surface."

Le fjord analysé dans le cadre de cette recherche ne serait pas un cas isolé. Les observations obtenues au terme de cette étude rejoignent celles effectuées par des chercheurs américains, qui ont également constaté des émissions élevées de méthane dans des fjords au Canada.

Si le changement climatique entraîne davantage de phénomènes météorologiques extrêmes, les émissions de méthane pourraient augmenter, alerte le chercheur. "Une forte augmentation des tempêtes et ouragans pourraient toutefois produire l'effet inverse : dans ce cas précis, les émissions de méthane seraient réduites car les environnements anoxiques au fond des fjords disparaîtraient si les eaux sont fréquemment mélangées", précise l'étude. 

Sur le même sujet

Des scientifiques brésiliens ambitionnent de transformer le méthane en carburant

Energie

Est-ce que la technologie va résoudre le problème climatique ?

Ensemble pour la planète

Articles recommandés pour vous