QR

« Les fournisseurs d’énergie ne font pas de bénéfice », assure la FEBEG

Marc Van den Bosch réagit aux demandes de contribution sur les surprofits

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 sept. 2022 à 00:34 - mise à jour 01 sept. 2022 à 08:14Temps de lecture2 min
Par Maud Wilquin

Un nouveau Codeco s’est tenu ce mardi 31 août. L’objectif : discuter des mesures censées alléger la facture énergétique des citoyens et PME Belges. Parmi les solutions proposées, la taxation des surprofits des producteurs d’énergie. "On doit, comme en France, proposer de nouvelles solutions comme le blocage des prix à 100 euros contre 300 euros aujourd’hui pour le prix du gros du gaz", affirme le député bruxellois Christophe De Beukelaer (Les Engagés).

"Ce n’est pas possible", répond le vice-Premier ministre et ministre de l’Economie Pierre-Yves Dermagne (PS). "Nous n’aurions plus de gaz puisque les fournisseurs de gaz fermeraient les vannes. Par contre, il faut effectivement aller chercher de l’argent dans les surprofits et il faut geler les prix."

Pierre-Yves Dermagne : "Il faut puiser dans les surprofits"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Si la France a aujourd’hui des prix pour l’énergie qui sont plus faibles", réagit le vice-premier ministre en charge des PME et des Indépendants, David Clarinval (MR), "c’est parce qu’ils ont un parc nucléaire qui couvre la quasi-totalité de la production (80%). Ensuite, il ne faut pas confondre producteurs et fournisseurs. Les fournisseurs sont sous tension parce qu’ils doivent acheter et vendre l’électricité", indique-t-il. "Par contre, les producteurs en énergie verte et en gaz font de très bons profits aujourd’hui. Il ne faut pas uniquement taxer le nucléaire puisqu’il est déjà taxé, comme l’a rappelé M. Dermagne. Par contre, il faut taxer tous les producteurs qui font des profits extraordinaires. On ne pourra pas appeler ça une taxe puisqu’on ne peut pas taxer deux fois la même chose. Mais ce sera une contribution sur une partie des bénéfices."

Mais la FEBEG, la Fédération Belge des Entreprises Électriques et Gazières, est-elle partante ? : "Les fournisseurs d’énergie ne font pas de bénéfice", annonce Marc Van den Bosch, porte-parole. "L’an dernier, les fournisseurs ont fait des pertes en Belgique. Il faut un débat, mais il faut aussi être conscient que les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain. Le gouvernement nous demande d’investir des milliards d’euros dans la transition énergétique. Il nous faut une marge pour investir. Avant de dire si nous participerons ou non, il faut déjà voir dans les textes la définition d’un surprofit. Gagner deux ou trois pourcents sur son rendement, c’est peu."

Sur le même sujet

Hausse des prix de l'énergie: une garantie d'État pour les fournisseurs d'énergie en mal de liquidité

Economie

Electrique, bois, gaz ou mazout : que choisir pour se chauffer cet hiver ?

Energie

Articles recommandés pour vous