RTBFPasser au contenu

Initiatives locales

Les fours à pain communautaires, la pratique d’un savoir-faire devenu vecteur de lien social

Les fours à pain communautaires, la pratique d’un savoir-faire devenu vecteur de lien social

Depuis quelques années, des fours à pain communautaires font leur réapparition dans les quartiers de Wallonie et de Bruxelles. Soutenus par des collectifs de citoyens, ces projets de réhabilitation travaillent sur la valorisation d’un savoir-faire traditionnel. Mais les fours à pain sont aussi vecteurs de lien social, à l’échelle d’un quartier ou d’un village !

Après des premières fournées réussies à Malèves l’été dernier, c’est la Petite Cense à Thorembais-les-Béguines qui a accueilli l’asbl " Four à pain vit la joie ". Le temps d’une journée, les habitants étaient invités à produire leur propre pain ou focaccia avec l’aide d’un ancien boulanger. Le four à pain villageois a été remis en fonction pour l’occasion et ce qui est sûr, c’est que le succès était au rendez-vous !

" J’ai une cuisinière à l’ancienne mais je n’ai jamais réussi à faire du pain ", confesse l’un des participants de l’atelier à Canal Zoom. " C’était l’occasion de demander à des personnes qui savent comment le faire. C’est la première fois que je fais ce genre d’exercice et c’est motivant, on voit directement le résultat ! "

Tous les ateliers organisés à la Petite Cense affichaient complets. Avec l’engouement suscité par ce projet pilote, l’asbl compte bien réitérer et pérenniser l’expérience. Rita Mertens de " Four à pain vit la joie " pense comprendre la raison de ce succès : " On parle de plus en plus de fabriquer son propre pain. Je pense que c’est un effet post-Covid mais aussi le plaisir de se retrouver, de faire quelque chose tous ensemble. "

À suivre : " Je trouve ça très bien que les gens s’intéressent à la fabrication du pain ", explique l’ancien boulanger Yves Benne à Canal Zoom

Loading...

Valoriser un savoir-faire traditionnel…

Mais cet exemple wallon est loin d’être unique chez nous. En région bruxelloise, on en dénombre une dizaine qui participe à la valorisation d’une pratique artisanale essentielle.

Porté et financé par les communes de Forest et de Saint-Gilles, un four à pain a d’ailleurs été installé fin de l’année dernière à l’école Saint-Antoine dans le cadre du projet " La petite poule royale ". Utilisé pour des activités scolaires, il a également été mis à la disposition des habitants du quartier.

Pour l’échevin de l’environnement à Forest, l’objectif de ce four est d’inviter chacun à (re-) découvrir un savoir-faire traditionnel. " C’est l’occasion de montrer aux enfants et aux habitants que le pain n’apparaît pas soudainement dans les magasins ", explique Alain Mugabo à Bx1. " Il y a une fabrication, des ingrédients de base, des ingrédients qui viennent de la nature… "

Loading...

… et tisser du lien social

Sur le long de l’Escaut, dans le petit village de Chercq, en périphérie tournaisienne, se trouvent d’anciens fours à chaux. Cela fait trois ans que le collectif artistique " Silex " fait vivre ce site en y organisant des concerts, des guinguettes et des échanges culturels. Mais depuis quelques mois, des ateliers culinaires se tiennent grâce à la construction d’un four à pain communautaire.

De maçon à la retraite à boulanger amateur, c’est Christian Deletrain qui joue les formateurs en boulangerie auprès des habitants du village. " Quand le four a été construit, je me suis dit que j’allais m’y mettre ", se souvient Christian, membre du collectif, au micro de la RTBF. " Du mortier ou de la pâte à pain, c’est pareil. On mélange et on met les mains dedans. "

Ces ateliers attirent des personnes de tous horizons : des voisins, des habitués ou même des familles qui souhaitent découvrir la cuisine et apprendre de nouvelles recettes. " Chacun donne son avis, c’est ça qui est intéressant ", explique une participante à Notélé. " On prend les conseils des uns et des autres. C’est vraiment amical et chaleureux. "

Régulièrement, les voisins se retrouvent donc autour du four à pain. L’endroit est aussi un prétexte pour se rencontrer : " Pour moi, c’est même le but premier ", sourit Christian. " Quand on est à la retraite, il faut s’organiser pour retrouver des contacts qu’on a perdus. "

À suivre : " Heureusement qu’un subside est arrivé pour le four ", déclare Christian à Notélé

Chercq : le collectif Silex vous propose de faire votre propre pain

De nombreux financements

Pour financer ce projet, le collectif " Silex " a notamment fait appel à la Fondation Roi Baudouin dans le cadre de l’appel à projets " Vis mon Village ! ". Des dizaines de fours à pain ont ainsi pu être construits ou rénovés. C’est notamment le cas à Toernich, près d’Arlon, où la construction d’un four a permis de créer un lieu familial et intergénérationnel. " On espère garder ainsi nos jeunes au village ", explique Eric Bartholomé, président du Cercle de Saint-Louis, à TV Lux en 2021. " C’est le but du jeu. Qu’ils passent leurs soirées ici, qu’ils soient chez eux. "

Bien qu’il soit difficile de les dénombrer chez nous, les fours à pain communautaires sont nombreux parmi les projets à avoir été soutenus par la Fondation Roi Baudouin. Ils ont ainsi permis de faire vivre des villages et des quartiers !

Loading...

Articles recommandés pour vous