Climat

Les îlots de fraîcheur, une solution pérenne pour les villes en surchauffe ?

Les îlots de fraicheur, une solution pérenne pour les villes en surchauffe ?
19 juil. 2022 à 08:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Le mercure monte dans les villes, les obligeant à adapter leurs infrastructures. Face au changement climatique, les îlots de fraicheur s'installent dans les villes. Ces lieux, tels que des forêts urbaines, semblent être tout droit indiqué pour que les zones urbaines restent habitables.

"Le réchauffement climatique est déjà là"

En pleine vague de canicule, trois petits mots résonnent comme une promesse de bien-être : "îlots de fraîcheur". Ils fleurissent un peu partout. Libérateurs pour certains, réconfortants pour d'autres, ces dispositifs trouvent leur public et s'installent dans le paysage urbain. 

Un îlot de fraîcheur peut être la végétalisation d'une place bétonnée, les bords d'un fleuve ou encore l'ouverture au public d'espaces réfrigérés, tels que les musées ou les piscines.

En période des canicules, ce sont des refuges ponctuels pour améliorer le confort des habitants.

Des infrastructures indispensables face à la hausse des températures. Entre 1950 et 2020, la température moyenne a augmenté de deux degrés. "Le réchauffement climatique est déjà là", avertit Erwan Cordeau, chargé d'études sur le climat, l'air et l'énergie à l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (France).

Revégétaliser

Par l'intermédiaire de leurs feuilles, les plantes relâchent de l'eau dans l'atmosphère, un phénomène appelé évapotranspiration. "Un arbre peut en rejeter jusqu'à 450 litres par jour, l'équivalent de cinq climatiseurs tournant à plein régime", analyse Anthony Bru, ingénieur horticulture pour la société Fredon, spécialisé dans la végétalisation des villes. Autre exemple : laisser les pelouses pousser permet de réduire la température au sol. 

Créer des points d'eau

Si les arbres sont plébiscités, ce ne sont pas les seuls à créer un vent de fraîcheur dans les villes. La présence de l'eau est indispensable. Au contact de la chaleur, l'eau s'évapore, ce qui humidifie l'atmosphère et donc la rafraîchit.

Repeindre les murs

Changer la couleur des murs est une autre méthode simple, surtout dans les métropoles bétonnées et densément peuplées. "Il s'agit d'un levier d'action inspiré des villes méditerranéennes", explique Anthony Bru. Cela permet de limiter la quantité de chaleur emmagasinée. 

L'objectif est de renvoyer vers l'atmosphère les rayonnements solaires. On peut les mesurer grâce à l'albédo, une unité de mesure, chiffrée entre 0 et 100. Plus l'albédo d'un matériau est proche de 100, plus il renvoie les rayons et donc rafraîchit la ville

Améliorer l'isolation thermique

Dispositif indispensable pour les habitants, l'isolation est l'un des enjeux majeurs du réchauffement climatique. L'augmentation du mercure pointe les inégalités. "D'un côté, il y a ceux qui restent au frais, ceux qui ont les moyens de partir et de l'autre, ceux qui vivent dans une 'passoire thermique'", regrette Laurent Delcayrou, chef de projet Résilience des territoires pour le ThinkThank The Shift Projet (France). Selon lui, mettre l'accent sur ce point permettrait de sauver des vies et d'aider les villes à s'adapter au changement climatique. 

vague de chaleur / un peu de fraîcheur bienvenue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Les arbres urbains sont (eux aussi) menacés par la crise climatique

Climat

Los Angeles : 300 kilomètres de routes ont été recouverts de peinture pour limiter la chaleur

Climat

Articles recommandés pour vous