Economie

Les immatriculations de voitures neuves au plus bas depuis 1995, BMW en tête des ventes en Belgique

04 janv. 2022 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Michel Lagase, Estelle De Houck et agences

Les immatriculations de voitures neuves ont baissé de près de 11% par rapport à 2020. Du jamais vu depuis 1995. Et une fois n’est pas coutume, le coronavirus n’y serait pas pour rien.

Le nombre d'immatriculations est donc actuellement au plus bas. Et si l’on ajoute les chiffres de 2020 aux 383.123 immatriculations de 2021, cela fait une réduction de 30% en deux ans. Cette baisse est importante puisqu'en 2019, il y avait encore 550.000 voitures neuves immatriculées en Belgique.

Sur le seul mois de décembre, les nouvelles immatriculations de voitures particulières sont en recul de 32,2% par rapport à décembre 2020.

Véhicules utilitaires, deux-roues motorisés

Le marché des véhicules utilitaires légers (jusqu’à 3,5 tonnes) clôture pour sa part l’exercice 2021 avec 71.569 unités immatriculées et une légère amélioration par rapport à l’année 2020. Il s’agit pour ce marché du quatrième meilleur résultat cumulé depuis 2010, soit 9,6% au-dessus de la moyenne du marché sur 10 ans (65.262 immatriculations), souligne-t-on.


►►► À lire aussi : "Au quotidien, prenez les transports en commun" : en France, les publicités automobiles bientôt assorties de messages écologistes


Le marché étendu des deux-roues motorisés, qui englobe les motos, scooters, tricycles et quadricycles légers, boucle l’exercice 2021 sur un total de 25.422 immatriculations. "Il s’agit pour ce marché d’une légère contraction par rapport à 2020. Néanmoins, ce résultat reste supérieur à ceux enregistrés lors des trois dernières années qui ont précédé l’émergence du Covid-19 ainsi qu’aux résultats moyens des deux-roues motorisés depuis 2010 (+3,6%)", soulignent la Febiac et le SPF Mobilité et Transports.

Un effet covid

Comment expliquer cette baisse ? C’est assez simple : le covid a perturbé des usines en Asie ainsi que le trafic de containers. Sans compter la pénurie de composants électroniques. Et résultat, les voitures arrivent au compte-goutte et les clients attendent chez les concessionnaires.

Bien entendu, le coronavirus ne peut pas tout s’expliquer : la prudence est également de mise face à des voitures de plus en plus chères.

BMW en tête des ventes

Autre tendance : le succès des voitures haut de gamme. BMW devient le vendeur numéro un en Belgique avec 38.962 nouvelles immatriculations et une part de marché de 10%. C’est une première, la Belgique est d’ailleurs le seul pays où BMW arrive en tête des ventes.

Le constructeur bavarois détrône un compatriote : Volkswagen, en tête des ventes depuis des années. Quant à la troisième marche du podium, elle revient à Peugeot.

Quid de l’électrique ?

Du côté des voitures électriques, elles représentent 5,5% des nouvelles immatriculations chez nous.

Tesla, arrive en tête dans ce secteur. La société d’Elon Musk a livré près d’un million de voitures dans le monde, dont 3262 pour la Belgique. Mais ce n’est toujours pas un gros succès chez nous : les prix se montrent encore dissuasifs pour les acheteurs belges.

Sur le même sujet

Une fraude de 400.000 kilomètres pour une Renault Kangoo d’occasion: Car-Pass publie son rapport annuel

Belgique

La baisse des immatriculations de voitures neuves s’est accélérée en mars

Politique

Articles recommandés pour vous