RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

On n'est pas des pigeons

Les importations de céréales de Russie et d’Ukraine à l’arrêt : les pâtes de 10 à 20% plus chères

Conflit Ukraine-Russie: hausse du prix des pâtes ?

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les paquets de pâtes pourraient vous coûter 10 à 20% plus cher, selon certains experts. En cause, le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Ces deux pays fournissent un quart des exportations mondiales de blé.

La Belgique doit importer autant de céréales qu’elle n’en produit.

Philippe Burny, spécialiste en économie rurale au CRA-W (Centre wallon de Recherches agronomiques, Gembloux) décrit notre dépendance des autres parties du monde pour les importations de céréales : "La Belgique est fortement tournée vers les élevages : bovin, porcin et volaille. Et il faut savoir que nous sommes à peu près à 50% d’auto-approvisionnement. Donc, c’est-à-dire que bon an mal an, la Belgique doit importer autant de céréales qu’elle n’en produit."

C’est un incitant à augmenter la production, pour essayer de retrouver un équilibre entre l’offre et la demande.

Les importations depuis la Russie et l’Ukraine sont pour l’instant à l’arrêt. La Belgique peut cependant continuer à s’approvisionner à l’étranger. Comme en France ou au Canada, de gros pays exportateurs de céréales. Selon notre expert, une solution serait aussi de revoir la politique agricole. "Pendant des années en Europe, on a mis des terres en jachère parce que nous étions en excédent. Il faudra peut-être revoir la politique. En tout cas, c’est un incitant à augmenter la production, pour essayer de retrouver un équilibre entre l’offre et la demande. Et une stabilisation, voire une réduction des prix, en tout cas à moyen terme."

Une petite diminution de l’offre entraîne une augmentation plus que proportionnelle du prix sur le marché.

Les quantités de blé disponibles pourraient suffire. Mais reste à savoir à quel prix. Philippe Burny nous explique que cela dépend de "ce qu’on appelle en économie rurale l’effet King. Une petite diminution de l’offre entraîne une augmentation plus que proportionnelle des prix sur le marché"
 

Pour l’instant, pas de pénurie de pâtes à signaler dans les rayons. Mais les réserves de blé sont au plus bas suite au Covid et aux changements climatiques. Alors le conflit pourrait peut-être changer la donne.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine et blocus : un premier navire chargé de maïs ukrainien quitte la Roumanie

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine, sécheresse : "Une catastrophe majeure se prépare" en Afrique de l’est

Monde

Articles recommandés pour vous