Monde

Les indépendantistes écossais outrés par des propos de Liz Truss

Liz Truss.

© Belgaimage

02 août 2022 à 10:06Temps de lecture2 min
Par AFP, édité par Maud Wilquin

La candidate à Downing Street Liz Truss s'est attirée les foudres des indépendantistes écossais du SNP en estimant lundi soir que la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon ne cherche qu'à "attirer l'attention" et qu'il convient de "l'ignorer".

Lors de l'un des 12 grands oraux dans la campagne pour succéder à Boris Johnson, la ministre des Affaires étrangères, considérée comme la favorite, s'est présentée comme une "enfant de l'union".

"Je crois vraiment que nous sommes une famille et que nous sommes mieux ensemble et je pense que la meilleure chose à faire avec Nicola Sturgeon est de l'ignorer", a déclaré Liz Truss, applaudie par les adhérents du parti à Exeter (sud-ouest de l'Angleterre).

"Elle cherche à attirer l'attention", a-t-elle poursuivi, estimant qu'il faut "montrer aux gens en Ecosse, en Irlande du Nord et au Pays de Galles que nous tenons nos engagements pour eux et que nos politiques s'appliquent dans tout le Royaume-Uni".

A la question d'un nouveau référendum sur l'indépendance, Liz Truss a répété trois fois "non".

Sur la BBC, le vice-Premier ministre écossais John Swinney a jugé "complètement et absolument inacceptables" les commentaires de Liz Truss. Les Ecossais seront "absolument horrifiés par les propos nocifs" de la candidate."Nicola Sturgeon a bien plus de légitimité démocratique que Liz Truss n'en aura si elle devient Première ministre", a-t-il déclaré mardi matin, faisant référence au fait que seuls les adhérents du parti conservateur - estimés à près de 200.000 personnes - ne prendront part au vote, qui ne représentent qu'une petite fraction du corps électoral.

Extrait de notre JT du 9 mai 2021 :

"Mépris"

Le député SNP Chris Law a quant à lui dénoncé le "mépris total" de la "future Première ministre".

De son côté, le concurrent de Liz Truss dans la course à Downing Street Rishi Sunak a mis en avant le soutien de 10 élus conservateurs écossais. "Faire que le Royaume-Uni reste ensemble signifie affronter le nationalisme et les battre dans les urnes", a tweeté l'ex-ministre des Finances, qui semble en train de réduire son retard.

Malgré le refus répété du gouvernement britannique, Nicola Sturgeon entend organiser un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse le 19 octobre 2023.

Anticipant un bras de fer judiciaire avec le gouvernement central, la dirigeante indépendantiste a pris les devants et saisi la Cour suprême, pour que celle-ci détermine si le Parlement écossais a le pouvoir de légiférer pour organiser ce référendum sans l'accord du gouvernement britannique. L'audience est prévue les 11 et 12 octobre.

Les Ecossais avaient déjà été consultés sur le sujet en 2014 et avaient voté à 55% pour rester au sein du Royaume-Uni.

Le SNP estime cependant que le Brexit, contre lequel les Ecossais ont voté à 62% en 2016, a changé la donne. L'objectif du SNP est que l'Ecosse rejoigne l'Union européenne en tant qu'Etat indépendant.

Les adhérents du parti conservateur britannique ont jusqu'au 2 septembre pour voter par correspondance pour désigner le successeur de Boris Johnson, qui a annoncé sa démission il y a près d'un mois après une succession de scandales. L'annonce du résultat est attendue le 5 septembre.

Selon le Times, un sondage privé donne seulement cinq points d'avance à Liz Truss, là où un sondage YouGov à la fin de la sélection des deux finalistes lui donnait 24 points d'avance. La cheffe de la diplomatie a reçu ces derniers jours une série de soutiens de figures de son parti ainsi que mardi du Daily Telegraph, quotidien influent auprès de l'électorat conservateur.

Sur le même sujet

Royaume-Uni : Liz Truss devient la nouvelle Première ministre britannique

Monde

Otan : Boris Johnson possible candidat secrétaire général, selon des conservateurs

Monde

Articles recommandés pour vous