RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Les inscriptions à l’examen de médecine s’envolent depuis 2018, comme le nombre de candidats étrangers

L’examen d’entrée en médecine, organisé en juillet 2018.
09 mars 2022 à 11:00Temps de lecture1 min
Par Belga

Le nombre de candidats présentant l’examen d’entrée en médecine et dentisterie établi en 2017 en Fédération Wallonie-Bruxelles ne cesse d’augmenter année après année, selon des chiffres livrés mercredi par l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES).

Entre la première épreuve de l’édition 2018 (première année pour laquelle il y a eu deux épreuves) et celle de l’édition 2021, le nombre de candidats est ainsi passé de 3337 à 5443, soit une augmentation de 61,2%.

Plus d’inscrits français

Cette augmentation est notamment liée à la présence de plus en plus importante de candidats étrangers, français surtout. En 2017, les Belges représentaient en effet 7 participants sur 10. Mais cette proportion a depuis constamment diminué pour atteindre 1 candidat sur 2 en 2021. Sur la même période, la proportion de candidats de nationalité française est passée de 13,4% à 34% en 2021. "Les modifications intervenues en France pour l’accès et le parcours dans les filières de soins de santé peuvent expliquer une partie de cette évolution", selon l’ARES.

Sur les cinq années, le taux moyen de réussite à l’épreuve fut de 17%. C’est la physique, devant l’épreuve de raisonnement et de biologie, qui pose le plus de problèmes aux candidats. L’examen d’entrée en médecine et dentisterie fut introduit en 2017 en FWB sous pression du gouvernement fédéral afin que le nombre de nouveaux médecins diplômés en FWB corresponde mieux au contingentement des numéros Inami.

Un "filtre efficace"

Malgré ce filtre à l’entrée des études, le nombre d’étudiants entrant de cette filière en Wallonie et à Bruxelles est toujours bien supérieur au nombre de quotas qui seront prévus pour eux à l’issue de leur formation.

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke réclame maintenant de la Fédération Wallonie Bruxelles qu’elle instaure un "filtre efficace" (comprenez un concours d’entrée), comme le pratique déjà la Flandre depuis plusieurs années.

L’idée divise toutefois au sud du pays, confronté dans certaines régions à une pénurie de médecins. Des négociations discrètes sont menées depuis plusieurs semaines entre Frank Vandenbroucke et le gouvernement arc-en-ciel de la FWB sur ce sujet, mais sans percée jusqu’à présent.

Sur le même sujet:

2e session pour l'examen d'entrée de médecine et de dentisterie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous