RTBFPasser au contenu
Rechercher

Ecologie

Les jeunes sont conscients des enjeux environnementaux et sociaux de leur alimentation

Les jeunes sont conscients des enjeux environnementaux et sociaux de leur alimentation.
14 févr. 2022 à 12:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Influencés par les réseaux sociaux, on leur reproche de passer d'une mode à l'autre et d'être des surconsommateurs. On les réprimande aussi pour leur culte de la malbouffe.

Pourtant, l'image que renvoient les 18-24 ans ne coïncide pas toujours avec la réalité de leurs opinions en matière d'alimentation. Plus que leurs aînés, ils savent parfaitement avoir un rôle à jouer dans l'amélioration des conditions de vie des agriculteurs et dans la préservation de l'environnement.

Les 18-24 ans veulent savoir ce qu'ils mangent

Non, les jeunes ne sont pas ces êtres si absorbés par leur image sur Instagram qu'ils en oublient d'aider leur prochain et se moquent totalement de l'avenir des autres.

Dans une étude* récente, les 18-24 ans se révèlent être une frange de la population en phase totale avec les problématiques de notre époque, tant sur un plan social qu'environnemental.

Ils sont les plus nombreux à utiliser les applications indiquant les qualités nutritionnelles de nos aliments.

Les jeunes sont les plus nombreux à être intéressés par l'indication de la part du prix du produit qui revient aux producteurs. Ils sont 45% contre 39% pour les 65 ans et plus.

Dans la même dynamique, ils aimeraient aussi connaître l'impact écologique de leurs achats aliments (44% contre 30% pour les 65 ans et plus). 

76% sont prêts à payer plus cher pour soutenir les agriculteurs

Au registre social, les 18-24 ans sont les plus conscients des difficultés quotidiennes des agriculteurs. 29% estiment que ces derniers ne sont pas rémunérés à leur juste valeur alors que leurs aînés de 65 ans et plus ne sont que 11% à le penser.

Malgré leurs débuts tout récents dans la vie active, ils sont pourtant prêts à s'engager pour faire bouger les lignes : plus des trois quarts (76%), soit autant que les 65 ans et plus, sont prêts à payer plus cher les aliments issus d'une production tricolore. Ils sont presque autant (72%) à partager cette opinion pour que les paysans jouissent d'un salaire plus juste

Ils privilégient le naturel et le bio

A l'instar des autres tranches d'âge qui privilégient d'abord les produits locaux et de saison comme vecteurs de l'alimentation de demain, la jeune génération préfère aussi solliciter le naturel avant de penser à acheter bio (80% pour le naturel contre 65% pour le bio).

A la différence de leurs aînés - et ce n'est pas une surprise -, ils sont les plus aux faits de toutes les nouvelles habitudes alimentaires en y adhérant. Demain, ils seront flexitariens (58% contre 34% des 65 ans et plus). Ils seront végétariens (34% contre 4%), mais aussi véganes (34% contre 2%).

 

*Cette étude a été réalisé auprès d'un échantillon de 1.016 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées du 2 au 3 février 2022. 

Sur le même sujet

Le climavorisme : le nouveau régime alimentaire qui prête attention à la planète

Nutrition

Le succès des NFT inquiète en raison de son impact polluant sur l’environnement

Culture web

Articles recommandés pour vous