RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les jeunes, victimes d’un triple choc de la COVID-19

Ce mercredi, la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé un plan de 750 milliards d’euros pour relancer l’économie européenne.
28 mai 2020 à 10:51Temps de lecture2 min
Par Antoine Danhier

L’Europe avance à grand pas et c’est génial. C’est génial, car ce mercredi, la présidente de la commission européenne a proposé un plan de 750 milliards d’euros pour relancer l’économie européenne. C’est génial, parce que ce montant est énorme et qu’il va s’ajouter aux plans des États, qu’il va s’ajouter aux 540 milliards qu’a déjà débloqués la commission européenne et qu’il s’ajoute aussi aux 1000 milliards d’euros mis sur la table par la banque centrale européenne.

Bien entendu, il faudra encore que ce plan soit validé par les 27 États-membres et ce ne sera pas simple, car certains pays, comme les Pays-Bas, l’Autriche, le Danemark et la Suède, sont opposés à ce plan. Mais comme la France et l’Allemagne, les deux pays moteurs de l’Union, sont en sa faveur, la pression sera très forte pour que ces pays acceptent ce transfert d’argent. Je dis transfert, car ce plan va aider en priorité les pays les plus touchés par la pandémie de covid-19.

Assurer un avenir aux jeunes

Il s'agit donc avant tout d'un plan de solidarité de la part des pays les plus riches vers les plus pauvres. L’Italie et l’Espagne seront les pays qui recevront le plus d’argent : 172 et 140 milliards d’euros respectivement. Notre pays, la Belgique, ne recevra "que" 5,48 milliards d’euros, mais personne au gouvernement ne s’en plaint. Pourquoi ? Parce qu’il ne faut pas regarder seulement le montant direct que nous allons recevoir, mais aussi les effets indirects. Notre pays est un pays exportateur et quand les autres pays comme l’Italie vont mieux, c’est bon pour nous, car ce sont des débouchés commerciaux importants. Ce plan est aussi génial dans la mesure où il permettra d’assurer un avenir aux jeunes.

Et Dieu sait qu’ils en ont besoin ! Le bureau international du travail vient de tirer la sonnette d’alarme, car un jeune sur six dans le monde a déjà perdu son job. Et c’est normal, car on retrouve principalement les jeunes travailleurs dans le secteur de l’Horeca, de la vente au détail et des restaurants : bref, des secteurs sinistrés. Et donc, oui, c’est vrai, les jeunes ont subi avec cette crise un triple choc : la perte de leur job, l’arrêt de leurs études et un horizon bouché en matière d’emplois.

C’est clair les gouvernements ont bien fait de protéger la population la plus âgée en imposant le confinement, mais maintenant, les jeunes attendent des mesures qui leur donnent de l’espoir et surtout un avenir. Les jeunes, ce n’est pas une tranche d’âge anonyme ou juste des statistiques, ce sont nos enfants ou ceux de nos voisins. 

Sur le même sujet

Une Europe efficace, rapide et solidaire

Les ménages européens n’ont jamais eu autant de cash sur leurs comptes !

Articles recommandés pour vous