Monde Moyen-Orient

Les Kurdes de Syrie transfèrent près de 700 Irakiens liés à l’État islamique en Irak selon une ONG

© AFP or licensors

12 août 2022 à 12:50Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Marie-Laure Mathot

Les autorités kurdes dans le nord-est de la Syrie ont transféré dans leur pays près de 700 Irakiens liés au groupe djihadiste État islamique (EI), a indiqué vendredi une ONG syrienne.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), il s’agit de 620 Irakiens, des proches de combattants de l’EI retenus dans le camp d’Al-Hol, et de 50 chefs et combattants de l’EI détenus dans une prison des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants dominée par les Kurdes.

Cette opération effectuée en coordination avec les autorités irakiennes est la quatrième du genre depuis le début de l’année. Le camp d’Al-Hol, sous contrôle des forces kurdes, est situé dans la province de Hassaké, à moins de 10 km de la frontière irakienne.

Environ "620 personnes, des proches de membres de l’EI, ont quitté le camp d’Al-Hol" conformément à une opération coordonnée entre la direction du camp et le gouvernement irakien, a précisé l’OSDH.

Ces membres de 150 familles irakiennes, "des femmes, des enfants et des hommes, dont certains sont malades", ont quitté le camp jeudi, a dit à l’AFP un responsable de l’administration autonome kurde installée dans les régions du nord-est de la Syrie, pays morcelé par la guerre déclenchée en 2011.

Mercredi, l’agence de presse officielle irakienne INA, citant le porte-parole du ministère des Déplacés, a affirmé que "500 familles du camp Al-Hol devraient être rapatriées cette année".

Ces derniers mois, des centaines d’Irakiens liés à l’EI ont quitté le camp surpeuplé d’Al-Hol, qui abrite quelque 56.000 personnes selon l’ONU.

Au total, "3500 détenus irakiens" se trouvent dans les prisons kurdes dans le Nord-Est syrien, avait indiqué en juin un haut responsable militaire irakien.

Sur le même sujet

Les USA ont mené une frappe en Syrie contre des milices pro-iraniennes

Monde

Washington s'inquiète de la situation à la frontière entre la Turquie et la Syrie

Monde

Articles recommandés pour vous